Un inédit de Mark Twain en septembre | Eponine & Azelma

News

Un inédit de Mark Twain pour septembre 2017.

Mark Twain est un habitué des  publications posthumes : plusieurs de ses textes ont été retrouvés et édités après sa mort, notamment son autobiographie, dont il avait dévoilé quelques bribes de son vivant, le texte intégral ayant toutefois été publié il y a quelques années.

Cette fois, et pour fêter les 150 ans de la publication de son premier ouvrage, c’est un livre pour enfants qui sera à l’honneur. The Purloining of Prince Oleomargarine sortira le 26 septembre prochain chez Doubleday Books, l’histoire, inachevée ayant été terminée par Philip Stead et illustrée par Erin Stead.

« The Purloining of Prince Oleomargarine »

L’histoire de ce manuscrit remonte à la fin du 19ème siècle : comme tous les parents, Mark Twain invente régulièrement des histoires pour les raconter à ses deux filles Suzy et Clara. Un soir il imagine un début de conte, qui fait intervenir un certain Johnny, petit garçon pauvre qui sait parler aux animaux. Il va alors recruter des créatures afin de l’aider à retrouver un prince kidnappé.

Les thèmes abordés sont ceux de la charité et de la bonté, et de la bienveillance face à la tyrannie : tout un programme dans un livre qui fait aujourd’hui 152 pages.

L’écrivain américain n’a jamais terminé cette histoire, dont il avait pourtant gardé une trace écrite dans ses notes. Ces 16 pages manuscrites ont été conservées pendant des années à l’université de Berkeley en Californie, au département des archives. C’est d’ailleurs la seule histoire improvisée pour ses enfants, dont il ait gardé un souvenir papier.

Notes manuscrites du "The Purloining of Prince Oleomargarine" par Mark Twain - Archives de l'Université de Berkeley en Californie (Robert Hirst)

Notes manuscrites du « The Purloining of Prince Oleomargarine » par Mark Twain – Archives de l’Université de Berkeley en Californie (Robert Hirst)

C’est un professeur d’anglais de l’université de Winthrop, en Caroline du Sud, qui a redécouvert ce synopsis. John Bird est tombé par hasard sur ces notes, en cherchant dans les archives de Mark Twain à Berkeley, des informations concernant un tout autre projet. Constatant que cette histoire ne comportait pas de fin, il demande alors à à Robert Hirst, le responsable des archives, la permission de l’inventer.

Mais en définitive,  alors qu’il ne trouve aucun éditeur souhaitant publier sa version, John Bird apporte le manuscrit à la Mark Twain House and Museum qui le vend alors à la maison d’édition Doubleday Books.

 

La vie et l’oeuvre de Mark Twain

William Faulkner le surnommait « le père de la littérature américaine » : de son vrai nom Samuel Langhorne Clemens, Mark Twain  est le plus grand romancier américain de son époque.
Né en 1835, il grandit dans le Missouri dans une zone mythique surnommée « la frontière » : la ligne de démarcation, située à l’ouest du Mississipi, séparant les territoires dits de la « conquête de l’Ouest » du reste du pays.
Après avoir perdu son père à l’âge de 11 ans, le jeune Samuel se met à chercher du travail et devient d’abord typographe dans une imprimerie, puis journaliste à l’âge de 15 ans, au sein du « Western Union » fondé par son grand frère.
Mark Twain en 1867

Mark Twain en 1867

Après avoir arpenté le Nord-Est des Etats-Unis, il s’installe en Iowa et devient imprimeur. Il prend ensuite le cap du Mississipi et décide de voyager sur le fleuve. Il travaille alors sur les bateaux qui l’emmènent jusqu’à la Nouvelle-Orléans. C’est de cette époque qu’il tient son nom d’écrivain (« mark twain » est une expression en langage marin, qui signifie « marque à 12 pieds », là où la profondeur est suffisante).

Il déménage ensuite dans le Nevada, de peur de devoir s’engager dans l’armée confédérée au début de la Guerre de Sécession. Il ne partage pas les convictions des sudistes et part donc avec son frère à Carson City, l’une des villes symbolisant la ruée vers l’or.
Après avoir tenté le métier de chercheur d’or, sans succès, Mark Twain redevient journaliste et voyage : il s’installe à San Francisco, fait quelques reportages en Europe, puis s’établit dans la chic ville de Hartford dans le Connecticut après avoir épousé Olivia Langdon en 1870. Ils auront 4 enfants : 3 filles et un garçon mort prématurément.
Il publie alors quelques nouvelles, notamment The Celebrated Jumping Frog of Calaveras County en 1867 (VF: « La Célèbre Grenouille sauteuse du comté de Calavéras »), mais son talent explose dans les années 1880 avec The Adventures of Tom Sawyer (VF : « Les Aventures de Tom Sawyer »), et The Adventures of Huckleberry Finn (VF: « Les Aventures de Huckleberry Finn »). Les deux livres mettent en scène des enfants, et ont pour thème central l’innocence et la vengeance. 
The Adventures of Huckleberry Finn lui causeront quelques soucis avec la censure : l’argot placé dans la bouche des enfants ne plaît pas. La révolte permanente de son personnage principal, son esprit de contestation et son immoralité, encore moins! Aujourd’hui, encore, des parents se battent aux quatre coins des Etats-Unis pour faire enlever ce livre des lectures imposées en classe : certains pointent le racisme de certains passages.
Ces deux romans sont tout de même des ouvrages fondateurs de la culture littéraire américaine au point que Ernest Hemingway ait déclaré : « Toute la littérature américaine moderne descend d’un livre de Mark Twain intitulé Huckleberry Finn. C’est le meilleur livre que nous ayons eu. Tout ce qui s’est écrit en Amérique vient de là. »
Mark Twain est en effet le premier à utiliser le patois américain et le langage parlé pour construire ses romans, contrairement à la tradition qui voulait, jusque là, que les grands romans américains soient écrit en bon anglais.
Il est également le premier à décrire les paysages de son enfance, les personnalités fortes du Sud américain, et sa réalité sociale ; il écrit en fait sur ce qu’il connaît et ses histoires en sont d’autant plus authentiques. Il plaît aux adultes et aux enfants, et est d’ailleurs souvent taxé d’écrivain « humoristique ».
Fasciné par l’argent, et souhaitant mener la grande vie, il publie ensuite beaucoup de textes, assez inégaux. Il remanie souvent ses personnages en les incorporant dans des nouveaux romans : Tom Sawyer sera un héros récurrent dans le reste de son oeuvre.
Il voyage beaucoup avec sa famille dans les années 1890, et ses livres seront alors plus politiques. Il se transforme plus en observateur qu’en narrateur tel que dans Following the Equator (VF: « En suivant l’équateur »). 
Ses derniers livres sont assez pessimistes et satiriques, et il ne connaîtra jamais autant de succès que ses deux chefs d’oeuvre.
Après la mort de sa femme et de l’une de ses filles il sombre dans la dépression, et les ennuis financiers s’accumulent. En 1909, il perd une deuxième fille qui meurt d’épilepsie et ne lui survivra pas : il décède en avril 1910 à l’âge de 74 ans.
Mark Twain a marqué à jamais les lettres américaines, en n’essayant pas de devenir romancier, mais en racontant la vie tel qu’il la voyait, avec les mots justes, sans en faire trop. Il a parlé aux enfants, aux adultes, s’est emporté contre la politique et la morale, mais il reste LE grand romancier américain du 19ème siècle, et a laissé derrière lui, pour notre plus grand bonheur, une quantité d’oeuvres posthumes, telles que ce volume à paraître en septembre !

 

BIBILIOGRAPHIE

(Book Depository est un site qui vous permet d’acheter des livres en anglais, souvent avec des réductions, mais surtout sans frais de port, c’est pourquoi je mets les liens d’achats vers ce site)

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply