Winnie The Pooh fête ses 90 ans ! | Eponine & Azelma

Couverture du livre "The Best Bear In All The World" par Brian Sibley, Paul Bright, Kate Saunders & Jeanne Willis ; Illustrations Mark Burgess - éd. Edgmont
News

« The Best Bear In All The World »: Winnie The Pooh fête ses 90 ans !

Savez-vous que l’ourson le plus connu de la littérature britannique fête ses 90 ans cette année ? Winnie The Pooh (VF : Winnie l’Ourson) ne les fait pas du tout : sa fourrure paraît toujours aussi douce, son pull est aussi immaculé qu’au premier jour, sa sagesse est intacte (…et ses pots de miel toujours aussi vides), et pourtant il est bien né un 14 octobre 1926 sous la plume d’A.A. Milne dans un livre pour enfants sobrement intitulé Winnie-The-Pooh.

A l’occasion de cet anniversaire, les éditions Edgmont Publishing nous offrent en cette fin d’année, un nouveau recueil d’aventures de Winnie et ses amis, intitulé The Best Bear In All The World.

Il s’agit de quatre histoires écrites par Brian Sibley, Paul Bright, Kate Saunders et Jeanne Willis et illustrées par Mark Burgess. Et dans la première d’entre elles,rédigée par Brian Sibley, un nouveau personnage débarque dans la Forêt des Rêves Bleus : un pingouin !

Photo de Winnie The Pooh and Penguin, "The Best Bear In All The World" - illustration by Mark Burgess . Credit : Trustees of the Pooh Properties/The Shepard Trust/PA Wire

Winnie The Pooh and Penguin, « The Best Bear In All The World » – illustration by Mark Burgess . Credit : Trustees of the Pooh Properties/The Shepard Trust/PA Wire

Photo de A. A. Milne jouant avec son fils Christopher Robin, l'ourson Winnie, et un pingouin. Photo credit : Culture Club/Getty Images

A.A. Milne jouant avec son fils Christopher Robin, l’ourson Winnie, et un pingouin. Photo credit : Culture Club/Getty Images

Brian Sibley dit avoir été inspiré par cette photo de A.A. Milne et de son fils Christopher Robin  (dans le livre en VF : Jean-Christophe) : sur le cliché on peut les voir en train de jouer avec l’ours (Winnie donc) du petit garçon, et un pingouin en peluche.

A.A Milne ayant toujours été guidé par les jouets de son fils pour créer les personnages de ses livres, il semblait naturel à Brian Sibley de se servir de cette peluche qui n’avait encore jamais été utilisée dans les aventures du petit ourson, pour intégrer un nouveau compagnon dans la bande. Il s’agit là d’un bel hommage au travail du créateur et qui permet à cette suite de rester dans la continuité de son oeuvre.

Comme le dit Brian Sibley, il n’est pas plus incongru pour Winnie de rencontrer un pingouin dans une forêt qu’un kangourou ! Alors pourquoi pas ?

Etant un grand fan de Winnie depuis son enfance, Brian Sibley a adoré écrire une suite, même avec toute la pression que cela impliquait. Il dit avoir essayé de capturer l’esprit du personnage plutôt que de copier le travail de l’auteur original. The Best Bear In All The World est la seconde suite officielle autorisée des aventures de Winnie. La première est parue en 2009 : il s’agit de Return To The Hundred Acre Wood par David Benedictus (VF: « Les Nouvelles Aventures de Winnie l’Ourson : Retour à la forêt des Rêves bleus » chez Michel Lafon). Chaque parution d’une suite est donc un événement rare !

 

Mais comment A.A. Milne a-t-il créé Winnie ? Pourquoi a-t-il intégré son fils dans son oeuvre littéraire ? Comment le petit Christopher Milne et sa peluche favorite sont-ils devenus les héros de plusieurs générations d’enfants ? Revenons sur les débuts de cette histoire incroyable.

Comment est né Winnie The Pooh ?

L’histoire commence au début du 21ème siècle, en 1914, lorsqu’un soldat canadien, Harry Colebourn, adopte une petite oursonne noire qu’il trouve dans une gare, perdue sur les rails. Il la baptise Winnipeg du nom de sa ville natale, et la garde avec lui au Québec.
Quelques semaines plus tard, Harry est envoyé en Grande-Bretagne et il embarque Winnipeg avec lui, qui devient alors une mascotte pour tout le régiment. Mais lorsqu’il est déployé en France, le 9 décembre 1914, Harry confie Winnipeg au zoo de Londres, pensant qu’il la récupérerait après la guerre et qu’elle serait mieux protégée dans cet établissement. A la fin du conflit, le soldat Colebourn revient chercher Winnipeg au zoo, mais il préfère la laisser sur place, voyant à quel point elle était heureuse et bien soignée.

Winnipeg (« Winnie ») devient l’attraction du zoo de Londres ; les enfants l’adorent, les visiteurs lui lancent régulièrement des brioches couvertes de miel pour lui faire plaisir…

A.A. Milne est à cette époque dramaturge, et auteur de polars. Il est moyennement reconnu pour son travail mais publie régulièrement. Il revient de la guerre en 1916, blessé, et publie plusieurs travaux, ainsi que quelques poèmes pour enfants. En 1920 naît son fils, Christopher Robin. Le père et son bébé se baladent régulièrement au zoo de Londres, et c’est ainsi que la famille Milne fait la connaissance de Winnie. Ils vont la voir à plusieurs reprises et, en 1921, Daphné Milne achète pour son fils un ours en peluche, chez Harrod’s, qu’ils baptisent d’abord Edward puis Winnie en hommage à l’ourse star du zoo.

En grandissant, Christopher découvre les cygnes de la maison de campagne familiale. Il baptise l’un d’entre eux « Pooh« , surnom qu’il donne alors également à son ours en peluche qui devient « Winnie The Pooh« .

Christopher Robin adore les peluches : sa mère lui achète donc deux kangourous (« Kanga » et « Roo »), un tigre (« Tigger »), un âne (« Eyeore »), et un petit cochon (« Piglet ») avec lesquels il joue toute la journée, leur donnant des personnalités différentes et des voix, sous les yeux de son père. Les peluches originales (photo ci-dessous) sont aujourd’hui conservées précieusement à la New York Public Library.

Le gang de Winnie en peluches : elles sont conservées à la New York Public Library

Les peluches originales de Christopher Robin Milne : Winnie The Pooh, Eyeore, Tigger, Kanga, et Piglet. Photo credit : New York Public Library

A.A. Milne a alors l’idée de transposer son fils et ses peluches dans une forêt enchantée (« The Hundred Acre Woods« ) , de leur inventer deux autres camarades, un hibou et un lapin, (« Owl » et « Rabbit ») et de se lancer pour de bon dans la littérature pour enfants.
Le personnage de Winnie The Pooh apparaît d’abord seul, de façon fugace dans un recueil de poèmes intitulé When We Were Very Young, mais la vraie 1ère aventure de l’adorable ourson paraît le 14 Octobre 1926 en Grande-Bretagne, sous le titre Winnie-The-Pooh (VF: « Winnie l’Ourson, histoire d’un ours-comme-ça » traduit par Jacques Papy), livre illustré par Ernest H. Shepard.

 

Un succès amer

Winnie-The-Pooh connaît un succès immédiat : 35.000 exemplaires seront vendus au Royaume-Uni et plus de 150.000 aux Etats-Unis. Aujourd’hui plus de 50 millions d’exemplaires de cette première aventure ont été vendus dans le monde, et le livre a été traduit dans 50 langues. Les histoires sont simples et émouvantes. Les personnages sont attachants, font preuve de beaucoup d’entraide et de débrouillardise. A.A. Milne était un très bon observateur et il a su injecter à ses personnages beaucoup d’humanité. Il y a également quelques grammes d’ironie que les adultes peuvent percevoir, voire de cynisme ; le personnage de Donkey (VF: Bourriquet), est quand même un âne dépressif…

Deux autres suites seront écrites par A.A. Milne : Now We Are Six (1927) et The House At Pooh Corner (1928) (VF: « La Maison de Winnie l’Ourson » traduit par Jacques Papy).

Winnie et Piglet par Ernest H. Shepard

Winnie et Piglet par Ernest H. Shepard

Après avoir connu le succès avec Winnie, Milne se remettra à écrire des pièces et des essais, et la réussite laissera alors la place à l’amertume : le succès de son personnage simplet pour enfant lui aura ôté beaucoup de sa crédibilité en tant qu’auteur. Même chose du côté de Christopher Robin qui a très mal vécu le succès de son père et de l’oeuvre à laquelle il est associé. Le petit garçon se fait chahuter à l’école, les moqueries pleuvent et il dira plus tard avoir eu l’impression d’être utilisé. Il a souvent clamé que son père avait en quelque sorte « grimpé sur ses épaules pour atteindre le succès ».

Christopher s’est retrouvé sous le feu des projecteurs très jeune, et il n’a pas aimé grandir à l’ombre de la Forêt des Rêves Bleus ; il est devenu un tel symbole de l’enfance que sa collection de peluches a même fait le tour du monde dans les années 40, avant de trouver sa place à la New York Public Library.

L’illustrateur des histoires de Winnie, Ernest H. Shepard a lui aussi mal vécu le fait d’avoir toujours été associé aux livres pour enfants, quoi qu’il fasse plus tard.

A.A Milne meurt en 1956 laissant derrière lui la petite bande de la Forêt des rêves bleus. Sa femme vend alors sa part des droits sur le personnage de Winnie à un certain Stephen Slesinger ; la veuve de ce dernier les revendra ensuite à la Walt Disney Company.

 

La consécration par Walt Disney

Après avoir obtenu les droits en 1961, Disney se prépare à faire découvrir le petit ourson à un plus large public. Les américains ne sont en effet, pas aussi familiers des aventures de Winnie que les anglais.

Au lieu d’en faire un film, l’entreprise a l’idée de réaliser des courts-métrages basés sur des petits chapitres des livres de A.A. Milne.

Le 4 février 1966, le premiers moyen-métrage sort et obtient un énorme succès. Quelques autres suivront jusqu’en 1974. Trois ans plus tard Disney décide enfin de sortir un long-métrage consacré à Winnie The Pooh. c’est en fait un condensé des premiers films associés à des nouvelles images. The Many Adventures of Winnie The Pooh est un beau succès et Winnie devient après Mickey Mouse, le deuxième personnage le plus emblématique de la maison. Un deuxième film sort en 1997, intitulé Pooh’s Grand Adventure. Entre-temps de nombreux dessins animés pour la télévision et des films courts sortiront régulièrement. Si vous êtes trentenaire comme moi vous vous souviendrez de la série costumée, dessinées 80, si bien contée par Jean Rochefort…

Entre 1997 et 2011, pas moins de 10 longs-métrages sont sortis. Il y a eu également quelques séries animées ou en images de synthèse.

Photo de Winnie The Pooh - (WALT DISNEY TELEVISION/ABC)

Winnie The Pooh – (WALT DISNEY TELEVISION/ABC)

 

Et en 2015, les studios Disney ont annoncé vouloir s’attaquer à une adaptation « Live-action » des aventures du petit ourson : ce sont les films « réels » adaptés de l’univers de Disney, comme par exemple le Alice Au pays des Merveilles de Tim Burton ou plus récemment Le Livre de La Jungle de Jon Favreau dont je vous ai parlé ici . On attend donc avec impatience ce remake qui semble pourtant bien difficile à imaginer.

En tout cas, Winnie The Pooh est devenu un véritable symbole de l’univers Disney, il génère une quantité de merchandising incroyable, et l’on imaginerait pas l’univers Disney sans Winnie qui a pourtant bien été créé complètement indépendamment de l’existence de l’entreprise. La franchise de Winnie l’ourson est la troisième au monde en terme de bénéfices (derrière Disney Princess et Star Wars)

Les héritiers d’A.A Milne, eux, n’ont jamais trouvé grand-chose à redire sur les adaptations exceptées quelques détails, comme l’accent trop américain de Christopher Robin. En revanche, au niveau juridique, c’est avec les héritiers de la famille Slesinger que les choses se sont compliquées. Monsieur Slesinger qui avait racheté les droits sur Winnie à Daphné Milne, les a bien vendus à Disney dans les années cinquante. Mais vu le succès de la franchise, les héritiers ont essayé pendant des décennies de prouver en justice qu’ils possédaient encore certaines droits sur l’oeuvre, je vous passe les détails.  Disney a gagné sur ce point et réussi à prouver que les droits étaient bien à eux.

 

Voilà vous en savez maintenant un maximum sur la genèse de Winnie The Pooh, il est temps de se jeter sur le dernier album The Best Bear In All The World et de le dévorer avec un bon pot de miel à portée de main afin de célébrer comme il se doit l’anniversaire de notre ourson préféré !

Happy 90 Winnie The Pooh !

Happy 90 Winnie The Pooh !

 

 

The Best Bear In All The World
128 pages
Egmont Publishing
2016

 

Sources :

https://www.theguardian.com/books/2016/nov/04/revisiting-winnie-the-pooh-more-cutting-than-we-thought-when-we-were-six

http://www.penguin.com/static/pages/yr/minisites/winniethepooh/history.php

http://www.just-pooh.com/disney.html

https://www.theguardian.com/books/2016/sep/19/winnie-the-pooh-penguin-anniversary-aa-milne

http://www.cbc.ca/books/2016/10/winnie-the-pooh-facts.html

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply