Browsing Tag

2016

Critiques

« East West Street: On the Origins of Genocide and Crimes Against Humanity » par Philippe Sands

 

Salle 600 du Palais de Justice de Nuremberg. Automne 1946.

Hersch Lauterpacht et Hans Frank, tous deux avocats, sont à l’intérieur. Ce lieu héberge le procès le plus connu du monde, celui de Nuremberg.
Mais tous deux ne sont pas là pour les mêmes raisons. Ils ont en commun leur métier, mais aussi une ville: Lviv aujourd’hui située en Ukraine, mais polonaise pendant la guerre (anciennement Lemberg, ou Lwow), dans laquelle ils ont tous deux séjourné à des époques différentes de leurs vies.

Hersch Lauterpacht, est l’un des procureurs de l’équipe anglaise. Il est à l’origine de l’introduction de la notion de « crime contre l’Humanité » dans le Statut de Nuremberg.
Hans Frank, qui se tient sur le banc des accusés aux côtés de ses 20 autres collègues, a ordonné pendant la guerre, l’exécution, entre autres, de centaines de milliers de juifs polonais, dont beaucoup étaient originaires de Lviv/Lemberg.
Il est l’ancien avocat d’Hitler, et le chef du gouvernement de la Pologne occupée. Il sera pendu le 16 octobre 1946, pour crimes contre l’Humanité.

Continue Reading

Le livre "Days Without End" (éd. Faber & Faber) gagnant du Costa Book Awards
News, Prix

Sebastian Barry remporte le Costa Book Awards 2016

And the winner is …. : Sebastian Barry pour « Days Without End »

Cover de Days Without End - Sebastian Barry

Days Without End – Sebastian Barry

Je vous avais parlé de la shortlist dans cet article-ci. Le lauréat a donc été annoncé ce 31 janvier au soir ; et c’est la première fois dans l’histoire du Costa Book Awardsqu’un romancier remporte deux fois le prix du livre de l’année. Sebastian Barry avait déjà obtenu le titre  2008 avec The Secret Scripture (VF: Le Testament caché, trad. de Florence Lévy-Paoloni, Paris, Éditions Joëlle Losfeld).

Continue Reading

News, Prix

Costa Book Awards : les gagnants dans chaque catégorie

Depuis les débuts de mon blog, je vous ai souvent parlé des prix littéraires anglo-saxons : contrairement à certains lecteurs, j’apprécie beaucoup les compétitions littéraires. Non pas pour la course au titre, mais parce qu’ils permettent, grâce à leurs listes de nommés, de découvrir de nouveaux auteurs.

Voilà un prix dont je ne vous ai encore jamais parlé, et qui est pourtant l’un des plus populaires du Royaume-Uni : le Costa Book Awards .

L’originalité de ce prix est qu’il met en compétition plusieurs catégories différentes : roman, premier roman, livre pour enfants, poésie, et biographie. Au mois de janvier les gagnants de chaque catégorie sont annoncés et à la fin du mois, un seul de ces ouvrages est couronné livre de l’année : le Costa Book of the Year.

Il s’agit de la seule compétition qui met sur le même plan autant de genres différents, et surtout la seule à se permettre de comparer un roman à un livre pour enfants ! Mais c’est un prix très apprécié des anglais !

Costa Book Awards - Logo

Costa Book Awards – Logo

Histoire du Costa Book Awards

Le Prix ne s’est pas toujours appelé comme ça : créé en 1971, il porte d’abord le nom de Whitbread Book Award. En 2006, la chaîne Costa Coffee en devient le sponsor et le prix change de nom.
Le Costa Book Awards récompense un ouvrage en anglais, publié par des auteurs basés en Grande-Bretagne ou en Irlande. L’originalité de ce prix c’est qu’il couronne un livre pour sa qualité littéraire bien sûr, mais aussi pour sa force de divertissement. C’est ce qui fait sa popularité par rapport à d’autres prix plus prestigieux mais portant moins d’attention au public de lecteurs.

Il y a donc 5 catégories, et dans chaque catégorie un panel de juges dédiés. Le gagnant de chaque catégorie remporte 5.000£.
Le Costa Book Of The Year, vainqueur toutes catégories, rapporte à son auteur 30.00 !

Parmi les gagnants célèbres : David Lodge, Kate Atkinson, A.L. Kennedy, Hilary Mantel.  


LE CBA 2016

Continue Reading

Hop sur la pile !, News

Calendrier Littéraire de l’Avent 2016

Joyeux Noël à tous et je vous souhaite plein de beaux livres sous le sapin !69-425x356-santa-reading-i

 


Décembre oblige, voici le premier Calendrier Littéraire de l’Avent d’Eponine & Azelma !

Les meilleurs livres de l’année 2016 vont défiler sur 25 jours… Certains ont déjà eu l’honneur d’un post sur le blog, mais d’autres, pas du tout. Il n’y a aucun classement de compétition ; je vous les présente par ordre de parution. Tous ont connu un énorme succès cette année dans les pays angle-saxons. Voici donc l’occasion de vous faire une petite liste, et pourquoi pas d’en mettre quelques-uns sous le sapin !

Bonus : 25 Décembre 
Harry Potter and The Cursed Child – J.K Rowling

Harry Potter and the cursed child, par J. K. Rowling, Jack Thorne, John Tiffany

Harry Potter and the cursed child, par J. K. Rowling, Jack Thorne, John Tiffany

Je sais, le calendrier de l’Avent est censé se terminer le 24 décembre, mais j’ai eu envie de boucler cette liste par un best-seller de l’année qui colle bien avec le matin de Noel : Harry Potter and The Cursed Child ! On ne présente plus le sorcier le plus célèbre du monde et d’ailleurs ! On a tout lu et entendu sur ce dernier « tome » de la saga. Pas vraiment un livre, pas vraiment la suite, pas vraiment bien… bref toujours est-il que le script de cette pièce n’est pas très long et une histoire de sorciers, même ayant grandi, reste une histoire d’Halloween parfaite et une lecture de circonstance. Comme tout le monde le sait, Harry Potter a grandi, employé du Ministère de la Magie il est père de trois enfants. Albus Potter, l’un des trois, a du mal à gérer son héritage et son entrée à Pouillard va être un peu bousculée. Pour certains c’est une grande déception, pour d’autres un plaisir régressif, peu importe Harry Potter c’est incontournable ! Alors à défaut de pouvoir aller voir la pièce à Londres, on se contente de ce 8ème opus.

Harry Potter and the cursed child – J. K. Rowling, Jack Thorne, John Tiffany
Editeur : Little Brown
Pages : 352 pages
Année : 2016

24 Décembre
Moonglow, par Michael Chabon

Cover de Moonglow - Michael Chabon

Moonglow – Michael Chabon

Moonglow est une sorte d’ovni littéraire : il s’agit de mémoires, racontées par le petit-fils d’un vieil homme mourant. Les confessions grand-père ont été inspirées par la vie du propre grand-père de l’auteur, le romancier juif-américain Michael Chabon, et par les multiples anecdotes qu’il lui a racontées à la veille de sa mort. Le livre fourmille donc de flashbacks, de questions sur l’identité, et de secrets de famille… Le personnage du grand-père et même celui de la grand-mère du narrateur, sont tous deux admirablement bien construits et émouvants. Evidemment on ne connaît pas la part de vrai et de faux dans ces histoires, mais est-il nécessaire d’en savoir plus ? Le roman brasse des sujets, et des moments de vie aussi divers que l’Holocauste, la santé mentale, la passion des fusées… Bref un joyeux désordre qui forme une vie et qui a construit la famille du narrateur. Michael Chabon tient là l’un de ses meilleurs romans, lui qui ne l’oublions pas, a remporté le Prix Pulitzer en 2001.

Moonglow – Michael Chabon
Editeur : Harper
Pages : 448
Année : 2016

23 Décembre
The Mothers, par Britt Bennett

Cover de The Mothers - Brit Bennett

The Mothers – Brit Bennett

The Mothers est un premier roman dont l’intrigue se noue autour d’un secret : après le suicide de sa mère, la jeune Nadia lycéenne, âgée de 17 ans, s’entiche de Luke, le fils du pasteur. Nadia tombe enceinte et part à la clinique pour avorter. Elle ne dit rien à personne et ment à tout son entourage, ainsi qu’à Aubrey sa meilleure amie qui n’a elle-même jamais connu sa mère.
On suit ensuite le destin de ces trois personnages : Nadia, Luke, et Aubrey, dans leur vingtaine. Les relations sont compliquées : Luke et Aubrey se sont mariés et Nadia les voit construire leur relation et ne peut s’empêcher de se projeter. Doit-elle regretter les ratés de sa relation avec Luke ? Son avortement ? Le livre s’appelle The Mothers car finalement c’est une histoire, basée non pas sur la maternité, mais sur les mères : la mère absente d’Aubrey, la suicide de la mère de Nadia, l’avortement de cette dernière… Tous les personnages ont vécu des traumatismes, et dans cette petite communauté chrétienne et afro-américaine, il y a des événements qu’il vaut mieux ne pas révéler.  La jeune voix de Brit Bennett est rafraîchissante et elle brosse le portrait de ses personnages avec une grande acuité : les difficultés à sortir de l’adolescence, les choix à assumer. Ce livre a été très bien accueilli par les critiques et Brit bennette est clairement une jeune auteure de 26 ans à surveiller !

The Mothers – Brit Bennett
Editeur : Riverhead Books
Pages : 288
Année : 2016


22 Décembre

Swing Time, par Zadie Smith

Continue Reading

Book Cover de The Muse de Jessie Burton
Critiques

The Muse, par Jessie Burton

« I’ve seen what success does to people, Isaac, how it separates them from their creative impulse, how it paralyses them. They can’t make anything that isn’t a horrible replica of what came before, because everyone has opinions on who they are and how they should be. »

« J’ai vu ce que le succès faisait aux gens, Isaac, comment il les éloigne de leur impulsion créative, comment il les paralyse. Ils ne peuvent plus produire autre chose qui ne soit pas une horrible réplique de ce qu’ils ont déjà fait, car tout le monde possède une opinion sur ce qu’ils sont et ce qu’ils devraient être. »

Cette phrase issue de The Muse, résume bien à quel point il est difficile de publier un 2ème roman après un fantastique succès! Jessie Burton le sait bien et grâce à ces quelques mots, elle nous prévient, en quelque sorte, d’avance que ce roman ne va sûrement pas arriver à la cheville du premier…

Et effectivement elle était attendue au tournant avec cette nouvelle fiction : son premier livre, The Miniaturist (VF: « Miniaturiste » traduit par Dominique Letellier chez Gallimard) a été l’un des romans les plus vendus au monde en 2015. Il a même dépassé J.K Rowling (l’auteur de la saga Harry Potter) au Royaume-Uni : une vraie prouesse littéraire et commerciale !

Book Cover de The Miniaturist par Jessie Burton

The Miniaturist – Jessie Burton

Elle revient donc aujourd’hui avec The Muse, sorti il y a quelques semaines, et déjà en bonne place sur la liste des best-sellers anglo-saxons. Il trouvera sûrement des amateurs au pied du sapin auquel il est joliment assorti … Comme je le dis souvent sur le blog, les maisons d’édition anglo-saxonnes font de vrais efforts pour rendre les couvertures de livres attrayantes. Et The Muse n’échappe pas à la règle ; il a une allure folle en bleu nuit avec ces symboles colorés rappelant une broderie. Un véritable tableau…

Book Cover de The Muse de Jessie Burton

The Muse – Jessie Burton

 

Allons tout de même au-delà des apparences pour savoir ce qu’il vaut.


The Muse, captivant mais décevant

Londres, 1967 : Odelle est une jeune femme originaire de Trinidad, en recherche d’ emploi. Elle finit par décrocher un poste de sténo dans la galerie d’art Skelton à Londres. Sa vie bascule lorsqu’un jeune homme débarque à la galerie avec un tableau, apparemment perdu depuis des décennies. Cette oeuvre aurait été peinte par un certain Isaac Roblès en 1936 pendant la guerre d’Espagne. Mais plusieurs mystères entourent cette découverte : la supérieure d’Odelle, Marjorie Quick semble elle-même, avoir du mal à s’en remettre…

Arazuelo (Espagne), 1936 : Olive Schloss, 19 ans, fille d’un riche galériste juif viennois, et d’une mère anglaise, s’ennuie dans l’immense propriété que ses parents louent dans le village. Ils sont anglais, mais suite à la dépression de Sarah, la mère d’Olive, la famille s’est exilée en Espagne. Teresa et Isaac, demi-frère et soeur, sont les employés de la maison. Teresa et Olive vont devenir inséparables tandis que la jeune fille et Isaac , tous deux passionnés par la peinture, vont entamer une liaison passionnée. Ils vont alors, suite à un quiproquo, partager un secret…


Odelle & Olive, des vies parallèles

Continue Reading

Hop sur la pile !

Hop Sur La Pile #3

J’ai fait quelques emplettes la semaine dernière sur Waterstones , le site internet de la librairie du même nom. Et voilà le résultat, 3 nouveaux bouquins ! J’ai été plutôt raisonnable , mais cela fait quand même un sacré rajout à ma pile à lire !

 

Swing Time, par Zadie Smith

Book cover de Swing Time par Zadie Smith

Swing Time – Zadie Smith

 

C’est LE livre de cet automne. On en parle partout : sur les blogs, dans les librairies, dans les pages littérature des quotidiens britanniques… bref c’est celui qu’il ne faut pas rater. Très attendu donc, il est sorti au Royaume-Uni le 15 novembre dernier. Je l’avais donc pré-commandé et je l’ai reçu assez rapidement. Et cerise sur le gâteau, j’ai eu une édition signée s’il vous plaît !

Alors de quoi parle Swing Time ?
Il s’agit de l’histoire de deux amies, métisses, vivant à Londres dans les années 80. Tracey et la narratrice (qui n’est jamais nommée) se rencontrent à l’adolescence. Elles ont une passion commune pour la danse. Seul problème : Tracey a beaucoup de talent mais la narratrice n’en a pas autant, elle a les pieds plats. Tracey parvient à ses fins en intégrant une compagnie de danse, tandis que son amie abandonne les chorégraphies et part sur les routes, devenant l’assistante personnelle d’une chanteuse à succès. Le roman repose sur les différences entre les deux amies et leurs destins respectifs : est-on plus heureux lorsque l’on quitte son pays pour réussir ? Comment gérer l’échec ? Au centre du livre  également, la relativisation des étiquettes sociales de chacun des personnages. Et évidemment l’amitié féminine, l’adolescence et la famille.

C’est le 5ème roman de Zadie Smith qui a été beaucoup récompensée par le passé : elle a reçu plusieurs prix pour  son 1er roman White Teeths (VF : « Sourires de Loup », traduit par Claude Demanuelli, éd. Gallimard), et est également lauréate du Orange Prize For Fiction pour On Beauty (VF: « De La Beauté » traduit par Philippe Aronson, éd. Gallimard). L’accession à l’âge adulte est l’un des thèmes préférés de cette féministe convaincue, qui crée dorénavant l’engouement à chaque sortie de roman.

 

« Swing Time » – Zadie Smith
Pages : 464
Editeur : Penguin Press
Date : 2016

 

Between The World And Me, par Ta-Nehisi Coates

Book cover of Between The World And Me - Ta-Nehisi Coates

Between The World And Me – Ta-Nehisi Coates

 

Ce livre sorti en 2015 est en fait une lettre écrite par l’auteur à destination de son fils. Il lui apprend ce que c’est qu’être noir aux Etats-Unis : les réalités du quotidien, le racisme ambiant et la place des noirs dans l’histoire du pays . Coates s’est inspiré de James Baldwin, écrivain noir-américain, qui avait publié The Fire Next Time en 1963. Dans l’un des deux essais du livre, Baldwin s’adressait à son neveu sous forme de lettre en lui parlant de la ségrégation. Coates a souhaité reprendre la même forme pour lui rendre hommage et en quelque sorte continuer la discussion. L’idée lui est venue après une rencontre avec Barack Obama et une discussion assez agitée sur la condition des afro-américains au 21ème siècle. Le livre est très franc et brutal. Il ne laisse pas forcément place à un éventuel rayon de soleil. Coates a voulu un livre cruel et réaliste et pas un traité rempli d’espoir. Au contraire il met en garde son fils sur ce qu’il attend dans sa vie.. Salué par la critique et adoubé par la grande Toni Morrisson ,  le livre a reçu le National Book Award dans la catégorie « non-fiction » en 2015. Il a également été finaliste du Prix Pulitzer cette année.

Il a été traduit en français par Thomas Chaumont et publié au début de l’année 2016 par les éditions Autrement : « Une colère noire : lettre à mon fils »

« Between The World and Me » – Ta-Nehisi Coates
Pages : 176
Editeur : Spiegel & Grau
Date : 2015

Girls Will Be Girls, par Emer O’Toole

Book Cover de Girls Will Be Girls - Emer O' Toole

Girls Will Be Girls – Emer O’ Toole

 

Rien à voir avec les deux précédents, si ce n’est pour le féminisme bien présent dans Swing Time, Girls Will Be Girls explore la féminité. L’auteure s’interroge sur ce qui pousse les femmes à embrasser leur genre : comment devient-on féminine ? A quel moment décide-t-on de faire comme les autres et de se déguiser en fille ? Le livre nous démontre à quel point les choix des femmes, supposément libres, sont en fait tous déterminés par la pression de la société et par la bien-pensance. La façon de parler, les vêtements, l’allure, l’hygiène des femmes… tout est en fait pré-déterminé. Très provocateur, cet essai explore les racines du féminisme et les symboles de celle-ci qui nous sont aujourd’hui imposés. Elle joue sur les codes et fait partager sa propre expérience. Le livre est également sorti en 2015, j’ai donc un peu de retard mais je vais rattraper ça vite fait !

 

 

 

 

 

« Girls Will Be Girls » – Emer O’Toole
Pages : 263
Editeur : Orion
Date : 2015

J’espère que mes résumés de ces derniers achats vous donneront envie de les découvrir aussi, et je souhaite surtout pouvoir les lire très vite !

Couverture du livre "The Best Bear In All The World" par Brian Sibley, Paul Bright, Kate Saunders & Jeanne Willis ; Illustrations Mark Burgess - éd. Edgmont
News

« The Best Bear In All The World »: Winnie The Pooh fête ses 90 ans !

Savez-vous que l’ourson le plus connu de la littérature britannique fête ses 90 ans cette année ? Winnie The Pooh (VF : Winnie l’Ourson) ne les fait pas du tout : sa fourrure paraît toujours aussi douce, son pull est aussi immaculé qu’au premier jour, sa sagesse est intacte (…et ses pots de miel toujours aussi vides), et pourtant il est bien né un 14 octobre 1926 sous la plume d’A.A. Milne dans un livre pour enfants sobrement intitulé Winnie-The-Pooh.

A l’occasion de cet anniversaire, les éditions Edgmont Publishing nous offrent en cette fin d’année, un nouveau recueil d’aventures de Winnie et ses amis, intitulé The Best Bear In All The World.

Il s’agit de quatre histoires écrites par Brian Sibley, Paul Bright, Kate Saunders et Jeanne Willis et illustrées par Mark Burgess. Et dans la première d’entre elles,rédigée par Brian Sibley, un nouveau personnage débarque dans la Forêt des Rêves Bleus : un pingouin !

Photo de Winnie The Pooh and Penguin, "The Best Bear In All The World" - illustration by Mark Burgess . Credit : Trustees of the Pooh Properties/The Shepard Trust/PA Wire

Winnie The Pooh and Penguin, « The Best Bear In All The World » – illustration by Mark Burgess . Credit : Trustees of the Pooh Properties/The Shepard Trust/PA Wire

Continue Reading

Noms d'auteurs en vrac pour illustrer "A Text A Day" - Application développée par It's Sauquet.com
News

A Text A Day : une application qui connaît ses classiques !

Une fois n’est pas coutume, je vais parler technologie sur ce blog ! Oui enfin, technologie littéraire quand même je vous rassure…

La fameuse application pour smartphones et tablettes, « Un Texte, Un Jour », fête cette semaine ses 4 ans d’existence ! Pour célébrer cet anniversaire, j’avais envie de vous présenter la déclinaison anglo-saxonne de ce superbe concept, puisqu’ Eponine & Azelma se concentre sur les livres issus de cette littérature.

 

A Text A Day c’est quoi ?

Capture d'écran "A Text A Day" développée par It's Sauquet.com

« A Text A Day » développée par It’s Sauquet.com

Une fois l’application installée (disponible sous IOS, Android et Windows), l’utilisateur reçoit chaque jour un texte de littérature classique, au hasard du calendrier et de la base de données. Mais il peut également avoir accès à n’importe quel texte s’il le souhaite, grâce au moteur de recherche.

Il s’agit en fait d’une mini-anthologie disponible à tout moment et que l’on garde sur soi en permanence ! C’est donc une idée géniale pour tous les amoureux de Shakespeare, de Jane Austen, de Mark Twain, de Charles Dickens, ou d’Henry James.

Pour des questions de droits d’auteur, il n’est pas possible d’y trouver des textes écrits par des écrivains morts après 1943 (l’appli a été créé en 2013). Mais il n’est pas pensable de ne pas y trouver son bonheur compte tenu de tous les textes classiques qui sont disponibles aujourd’hui.

Il y a également quelques fonctions ingénieuses : on peut garder certains textes en « favoris », les partager par mail, et surtout jouer !

En effet chaque jour un challenge vous est proposé sur le texte du lendemain. Et vous pouvez également découvrir le portrait caché d’un écrivain grâce à des questions ciblées.

Jouer au Portrait Caché - "A Text A Day" développée par It's Sauquet.com

Jeu du Portrait Caché – « A Text A Day » développée par It’s Sauquet.com

 

Si comme moi vous avez toujours un livre sur vous, même dans le sac le plus petit du monde (et même pour aller à un mariage), vous savez qu’il n’est malheureusement pas possible de le sortir en toutes circonstances ! Au moins avec A Text A Day vous serez sûrs d’avoir toujours un grand auteur sous la main, pour vous cultiver à tout moment, où vous occuper dans une file d’attente !

Avec toutes nos piles de livres à lire, on en oublie parfois les classiques et je pense que c’est une très bonne idée de pouvoir les redécouvrir et du coup les rajouter sur la pile.

Les applis et les nouvelles technologies peuvent aussi servir la culture, et celle-ci le démontre parfaitement.

 

Comment l’appli A Text A Day a-t-elle été créée?

Dominique et Sarah Sauquet, une mère ingénieure et sa fille professeur de français, ont décidé d’allier leurs compétences et leurs deux passions pour rendre la littérature accessible au plus grand nombre. Elles ont créé en 2012, l’application Un Texte Un Jour (même principe que A Text A day), sans savoir que l’appli deviendrait un blog, et se déclinerait sous plusieurs formes.

Aujourd’hui leur blog compte 130 lecteurs par jour et les quatre applications (Un Texte Un Jour, A Text A Day, Un Poème Un Jour, Un Texte Un Eros) réunissent 2000 utilisateurs par jour. Le rêve pour tous les blogueurs !

En octobre 2013, elles s’unissent à Nicolas Gosnet, professeur d’anglais et de littérature anglaise au lycée, pour créer A Text A Day sur le même modèle.

Vous pouvez aller faire un tour sur le site http://untexteunjour.fr/ , et découvrir toutes les rubriques du blog (interviews, prénoms littéraires etc..). Le site est extrêmement intéressant, tout comme les applis et je vous encourage fortement à découvrir tout ça.

 

Logo "A Text A Day" développée par It's Sauquet.com

« A Text A Day » développée par It’s Sauquet.com

 

Liens utiles :

Les 4 applications (« Un Texte Un Jour », « A Text A Day », « Un Poème Un Jour », « Un Texte Un Eros ») sont disponibles sur toutes les plate-formes de téléchargement.

Un Texte Un Jour
Bloghttp://untexteunjour.fr/
Twitterhttp://@UntexteUnjour
Facebookhttps://www.facebook.com/UnTexteUnJour/
Applihttps://itunes.apple.com/fr/app/un-texte-un-jour/id569862759?mt=8

A Text A Day
Twitterhttp://@atext_aday
Facebook :https://www.facebook.com/1text1day/

Hop sur la pile !, News

Halloween BOOks !

En ce week-end d’Halloween, il me paraît indispensable de vous donner quelques idées de livres à lire près des citrouilles, et sous quelques toiles d’araignée ! En plus, au cas où vous l’auriez oublié, nous avons gagné une heure dimanche et j’imagine qu’au lieu de la passer à dormir vous avez envie de la passer à lire ! Une heure de bonus pour tourner des pages ça ne se refuse pas ! 

Je ne suis pas fan de littérature fantastique ou d’horreur donc je ne vais pas vous faire des recommandations spécialisées je vous rassure ! Mais j’ai juste quatre livres à vous proposer pour passer un bon 31 octobre, sur le thème du sang, des sorcières et du mystère. 

 

The Penguin Book Of Witches, par Katherine Howe 

Couverture du Penguin Book Of Witches

The Penguin Book Of Witches, par Katherine Howe

 

Si ça ce n’est pas un livre pour Halloween, je ne sais plus quoi vous recommander ! The Penguin Book Of Witches, c’est un condensé de témoignages historiques sur la sorcellerie, et surtout sur les accusations de sorcellerie qui ont émaillé l’Histoire, avec notamment le célèbre procès des sorcières de Salem de 1692. Des dépositions des « sorcières » jusqu’aux témoignages, en passant par les textes signés de la main du Roi James… 300 ans de chasse aux sorcières compilés dans ce petit livre de poche. Au-delà de ces compte-rendus, et histoires effrayantes, le livre essaie de nous faire comprendre ce qui se cachait vraiment derrière cette paranoïa puritaine américaine. La haine d’une certaine communauté de femmes différentes évidemment, pour la plupart célibataires, ou médecins (ce qui était très mal vu à l’époque), mais aussi un sursaut d’autorité de la part du Gouvernement qui aurait organisé ces persécutions pour instaurer un climat de haine et de peur. Finalement l’histoire se répète éternellement, et si la chasse aux sorcières est terminée depuis bien longtemps, la mise au ban de certaines communautés ou l’isolement des personnes différentes pourraient constituer la déclinaison moderne du procès de Salem. Diviser et propager la haine et le doute pour mieux régner !

Fans de chaudrons et de balais, passez votre chemin, mais férus d’histoire foncez ! 

 

The Penguin Book Of Witches – Katherine Stowe
320 pages
Penguin Classics 
2014

 

 

Continue Reading

News, Prix

Paul Beatty remporte le Man Booker Prize avec The Sellout

Le Man Booker Prize 2016 a donc été décerné à Paul Beatty pour son roman The Sellout (VF : Moi contre les États-Unis d’Amérique traduit de l’anglais par Nathalie Bruaux – Éditions Cambourakis). A 54 ans, il devient le premier auteur américain à recevoir la prestigieuse récompense. Il y avait 5 autres nommés dans cette shortlist : je vous en avait parlé sur Eponine & Azelma ici .

Paul Beatty

Paul Beatty

En effet, depuis 2013, tout écrivain de langue anglaise a le droit de présenter son roman aux juges à partir du moment où il a été publié au Royaume-Uni. Avant cette date seuls les écrivains issus du Commonwealth en avaient le droit.

Paul Beatty est actuellement professeur d’écriture créative à l’Université de Columbia. Il possède un Master of Fine Arts du Brooklyn College dans cette même matière et est titulaire d’une maîtrise de Psychologie à l’université de Boston.

The Sellout est son quatrième roman.

Continue Reading