Man Booker Prize 2017 : la shortlist | Eponine & Azelma

Prix

Man Booker Prize 2017 : la shortlist

La sélection finale du Man Booker Prize est tombée hier ! Ô surprise, pas de Colson Whitehead (les autres vont donc avoir une chance de gagner ;)), ni de Sebastian Barry (déçue), et pas non plus de Kamila Shamsie…

 

La sélection

4 3 2 1 par Paul Auster (US) (Faber & Faber)

The History of Wolves  par Emily Fridlund (US) (Weidenfeld & Nicolson)
Publié en français chez Gallmeister sous le titre « Une histoire des loups« , traduit par Juliane Nivelt.

Exit West par Mohsin Hamid (Pakistan-UK) (Hamish Hamilton)

Elmet par Fiona Mozley (UK) (JM Originals)

Lincoln In The Bardo par George Saunders (US) (Bloomsbury)

Autumn par Ali Smith (UK) (Hamish Hamilton)

 

Les auteurs sélectionnés sur la shortlist du Man Booker Prize 2017 : Paul Auster, Emily Fridlund, Mohsin Hamid, Ali Smith, George Saunders et Fiona Mozley.

 

  • Il y 3 auteurs américains et 3 auteurs britanniques : depuis 2013, les écrivains américains ont le droit de participer au Man Booker Prize, ce qui a permis à Paul Beatty de gagner l’année dernière. Cette décision a fait polémique et aujourd’hui encore, avec cette sélection, certains se demandent si les américains ne vont pas dominer un prix historiquement britannique. La réponse du jury est simple : ses membres ne jugent que la qualité du livre, et non la nationalité de l’auteur. De plus seuls 30% des auteurs pré-sélectionnés cette année étaient américains.
  •  Sur les 6 auteurs sélectionnés, 2 sont des primo-romancières. Il s’agit de la britannique Fiona Mozley, et de l’américaine Emily Fridlund.
    Fiona Mozley est née en 1988 à York. C’est lors d’un trajet en train entre Londres et sa ville natale que lui vient l’idée de son premier roman Elmet  (tout comme une certaine J.K Rowling d’ailleurs…). Elmet raconte l’histoire de John, un montagnard retiré du monde, qui vit dans une maison qu’il a construit seul, avec ses enfants. Il leur apprend à vivre de sa terre, à chasser, à pêcher… Seulement, il se rend compte un peu tard qu’il n’est pas propriétaire du sol sur lequel il a choisi de vivre. Les problèmes vont commencer lorsque le vrai propriétaire va venir frapper à sa porte… Le roman traite principalement de la possession, et de la famille. Le style et l’ambiance du livre de Fiona Mozley rappellent Cormac McCarthy, Thomas Hardy ou Emily Bronte.Emily Fridlund a grandi dans le Minnesota. Elle est titulaire d’un doctorat en littérature et creative writing de l’Université de Californie, et professeur à Cornell. Elle a déjà publié beaucoup de textes, et de nouvelles dans différentes revues, mais elle publie là son premier roman. The History of Wolves est un thriller psychologique centré sur une adolescente un peu décalée, mal dans sa peau, en quête de bonheur familial. Madeline, issue d’une communauté hippie, vit dans une cabane avec ses parents au bord d’un lac. En face, sur l’autre rive, un couple et son enfant emménagent. Madeline est vite attirée par cette famille qui représente tout l’inverse de la sienne, et va se rapprocher très vite de la mère et de son fils Paul avec qui elle joue les baby-sitters. Mais elle va finalement sentir que quelque chose ne tourne pas rond dans cette famille et ses rapports avec ses nouveaux voisins vont devenir étranges.

 

  • C’est le grand retour de Paul Auster. Les juges ont qualifié son roman de « magistral ». Qualificatif qui s’applique déjà à la taille du livre… et à son poids croyez-moi. J’ai hâte de me plonger dedans car cela fait des mois que je l’ai acheté, mais impossible de l’emmener avec moi où que ce soit, tellement il prend de place… Donc c’est un peu difficile de le balader et de ne se consacrer qu’à lui! En dehors de ces considérations logistiques, 4 3 2 1 est un tour de force littéraire : l’auteur y retrace les 4 vies différentes d’un même personnage. Evidemment, comme c’est du Paul Auster, on y parle de destin, de hasard, de choix, et on y retrouve surtout des morceaux de… la vie de Paul Auster. La construction du roman est donc exceptionnelle, mais je me méfie plus du contenu qui semble encore un poil autobiographique alors que ses deux derniers livres l’étaient déjà. J’adore Paul Auster de toute façon donc je suis ravie qu’il soit dans la shortlist.
    C’est la 1ère fois qu’il est nommé : évidemment si vous lisez cet article depuis le début, vous avez appris que le Man Booker Prize n’est ouvert aux américains que depuis 4 ans, et Paul Auster n’a pas publié de livre depuis 7 ans… Un peu de maths et le tour est joué.

  • Colson Whitehead n’y est pas. Le fameux auteur du non moins célèbre désormais, The Underground Railroad, (paru sous le même titre aux Éditions Albin Michel, traduit de l’anglais par Serge Chauvin) n’est pas sur la liste. Pas de grand chelem donc pour le lauréat du Pulitzer et du National Book Award. C’est une bonne nouvelle pour tous les auteurs américains ou anglo-saxons de tous les prix à venir cette année : il y a de l’espoir. En effet, depuis la parution de son fabuleux roman, Colson Whitehead emporte tout sur son passage, et il est difficile pour ses collègues de se frayer un chemin entre les rails…
    C’est une grosse surprise, donc, mais cela laisse la place à d’autres talentueux romanciers qui n’ont pas eu la même couverture médiatique (néanmoins méritée).
  • Le favori c’est George Saunders. J’ai l’impression de n’entendre parler que de ce roman depuis des mois, il me paraît donc logique qu’il soit dans la shortlist. Lincoln In The Bardo est aussi le premier roman de George Saunders, mais il n’est pas un débutant pour autant : il est fameux pour ses nouvelles. Le « pitch » du livre est simple : le fils du président Abraham Lincoln vient de mourir ; Willie entame alors un dialogue avec son père endeuillé. C’est par la forme qu’il se démarque : c’est un roman choral qui fait parler des esprits, avec énormément de dialogues, qui questionne la relation entre les vivants et les morts, en mélangeant fiction et faits historiques.

 

Je n’ai pas mentionné Ali Smith, ni Moshin Hamid en détails ici, mais ce sont aussi des habitués des sélections et leur place dans la shortlist n’est pas volée. Leurs romans traitent respectivement du Brexit et de l’immigration, et ils ont déjà été sélectionnés pour plusieurs prix. C’est la 4ème fois qu’Ali Smith figure dans la dernière ligne droite du Man Booker ; Moshin Hamid en est lui, à sa deuxième nomination.

Vous pouvez lire mon article sur la longlist si vous voulez en savoir plus sur la sélection originale.

En tout cas c’est une shortlist très intéressante, et plus surprenante que prévue, et j’ai hâte de savoir qui succèdera à Paul Beatty.

Réponse le 17 octobre prochain !

Happy reading 😉

Previous Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply