Man Booker Prize 2016 - Shortlist | Eponine & Azelma

Les 6 nommés pour le Man Booker Prize 2016
News, Prix

Man Booker Prize 2016 – Shortlist

Le 13 septembre dernier, le jury du Man Booker Prize 2016 a choisi ses 6 derniers auteurs en compétition après avoir dévoilé cet été une liste de 13 nommés. (http://eponineazelma.com/man-booker-prize-2016-longlist)

Voilà les 6 livres en question :

 

6 Couvertures des nommés pour le Man Booker Prize 2016

Man Booker Prize 2016- Shortlist

 

The Sellout – Paul Beatty (US) ; éd. One world
{« Moi contre les États-Unis d’Amérique », traduit par Nathalie Bru, Cambourakis, 2015}
Pour servir ce qu’il croit être le bien de sa propre communauté, un afro-américain va aller jusqu’à rétablir l’esclavage et la ségrégation à l’échelle d’un quartier, s’engageant dans une forme d’expérience extrême et paradoxale qui lui vaudra d’être trainé devant la Cour suprême.

 

Hot Milk – Deborah Levy (UK) ; éd. Hamish Hamilton
Une mère et sa fille arrivent dans une petite ville espagnole à la recherche de médecins : la mère de Sofia souffre d’une paralysie spontanée qui la cloue à une chaise roulante.  Sofia, elle a joué les détectives pendant une bonne partie de sa vie cherchant à comprendre d’où vient la maladie qui ronge sa mère. Arrivée au fin fond de ce désert espagnol, Sofia va surveiller le Docteur Gomez et ses étranges méthodes qui vont l’affecter également…

 

His Bloody Project – Graeme Macrae Burnet (UK) ; éd. Contraband
En 1869, un adolescent âgé de 17 ans est arrêté, accusé de triple meurtre. Il n’y a aucun doute sur sa culpabilité en revanche on ne connaît pas ses motivations. Pourquoi a-t-il tué ces trois personnes ? Est-il complètement fou ?

 

Eileen – Otessa Moshfegh (US) ; éd. Jonathan Cape
{« Eileen », traduit par Françoise du Sorbier, Fayard, 2016}
Une vieille femme se souvient avec un cynisme minutieux de la semaine qui a fait basculer sa vie cinquante ans plus tôt.

 

All That Man Is – David Szalay (Canada) ; éd. Jonathan Cape
On suit la vie de neuf hommes, à un âge et à un stade différent de leurs vies, dans des villes différentes. Les neuf parties des vies de ces neuf hommes vont former comme un arc qui veut nous faire comprendre le sens de l’existence, les failles de l’homme moderne et nous emmener à travers plusieurs pays d’Europe.

 

Do Not Say We Have Nothing – Madeleine Thien (Canada) ; éd. Granta Books
A Vancouver en 1990, un an après le suicide inexplicable de son père, Marie ainsi que sa mère reçoivent la visite de Ai-ming, une jeune femme ayant fuit la Chine suite aux protestations de Tiananmen. A travers Ai-ming, Marie va essayer de reconstituer son histoire : l’amitié qui lia leurs pères, alors talentueux musiciens au Conservatoire de Shanghai, et les pérégrinations de leurs deux familles à travers la Révolution culturelle de la Chine.

Les juges (Amanda Foreman -présidente du jury- , Jon Day, Abdulrazak Gurnah, David Harsent et Olivia Williams) ont commenté ce choix en pointant que le point commun entre tous ces auteurs, était le défi que constituent les sujets de leurs romans. Selon eux, chacun de ces auteurs possède une volonté de jouer avec « le langage et la forme ».

Ce choix est assez équilibré puisque l’on y trouve 3 nationalités : 2 britanniques, 2 américains et 2 canadiens.

 

Les 6 auteurs de la shortlist du Man Booker Prize

Man Booker Prize 2016 – Les 6 auteurs nommés dans l’ordre des aiguilles d’une montre : Madeleine Thien, Paul Beatty, David Szalay, Ottessa Moshfegh, Deborah Levy and Graeme Macrae Burnet

 

On remarquera que quelques noms prestigieux et très attendus sont sortis de la « longlist » comme J M Coetzee, A L Kennedy ou Elizabeth Strout qui faisait, elle, partie des favoris chez les libraires et les bloggers.

Pour ma part je suis ravie que « Do Not Say We Have Nothing » de Madeleine Thien fasse partie de la sélection finale car je l’avais acheté à Londres et j’ai hâte de le lire tellement son sujet me paraît intéressant et émouvant.
je n’ai pas lu les autres mais je compte bien faire le maximum pour les lire avant la remise du prix et pouvoir me faire une idée correcte de la sélection.

J’ai très envie de m’attaquer également à « His Bloody Project », l’outsider de cette sélection : c’est un petit roman policier sorti dans l’indifférence générale et qui se retrouve sur la shortlist de l’un des prix les plus prestigieux du monde , on adore les histoires comme ça ;). 

En tout cas, le gagnant sera annoncé le 25 octobre prochain à Londres, au Guildhall. la cérémonie sera retransmise par la BBC. Et je vous rappelle que le lauréat recevra 50.000£ (environ 58.200 €) et surtout une reconnaissance internationale!

Signalons également que pour la première fois, les livres de la sélection seront disponibles en braille, ce qui est une superbe initiative.

Entre la rentrée littéraire française et les prix anglo-saxons il y a donc du boulot !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply