Browsing Category

Hop sur la pile !

Hop sur la pile !

Hop sur la pile #4

Une fois n’est pas coutume, voici quelques livres acquis dernièrement. Il y a parmi eux, des livres achetés à Londres lors d’un déplacement en janvier, et d’autres que j’avais commandé en ligne et que je viens de recevoir.

Il y a beaucoup de classiques, ce n’est pas fait exprès, mais cela change un peu. Après tout, les classiques font de toute façon partie de l’actualité littéraire, et ils sont indémodables.

Je vous laisse donc découvrir ces nouvelles acquisitions, qui vont trouver leurs places sur mes étagères ! Et si vous voulez les acheter, vous pouvez cliquer sur leurs titres, les liens vous dirigeront vers le site www.bookdepository.com.

Continue Reading

Hop sur la pile !, News

Que lire en ce début d’année 2017 ?

J’espère que parmi vos bonnes résolutions de cette année, vous avez choisi de lire BEAUCOUP ! Et pour cause, l’année 2017 s’annonce chargée en nouveautés littéraires ! Je voulais profiter de ce premier article de l’année pour balayer un peu le paysage, au moins pour le premier semestre…

Hiver…

Janvier est toujours un mois assez prolifique en matière de publications, et ce premier mois de l’année 2017 ne déroge pas à la règle avec quelques livres très attendus. LE pavé de ce début d’année c’est 4 3 2 1 de Paul Auster. Cela fait sept années que l’auteur new-yorkais n’a pas publié un roman… 4 3 2 1 c’est l’histoire des quatre vies parallèles de Archibald Isaac Ferguson : 866 pages qui couvrent différents choix de vie et donc 4 destins différents pour un seul personnage. C’est un réel tour de force littéraire auquel s’est attelé l’auteur de Sunset Park et de The New York Trilogy, et il est attendu avec grande impatience.

Couverture du livre 4 3 2 1 par Paul Auster

4 3 2 1 – Paul Auster (Faber & Faber)

On parle beaucoup également des mémoires de Coretta Scott King, femme de Martin Luther King. My Life, My Love, My Legacy sort ce mois-ci aux Etats-Unis : décédée en janvier 2006, elle s’était confiée à la fin de sa vie à la journaliste et professeure Barbara Reynolds. Coretta Scott King n’était pas juste « la femme de » , elle était également militante et activiste politique pour les droits civiques. Elle s’est battue contre la ségrégation tout au long de sa vie et a continué bien après le décès de son célèbre mari en créant The Martin Luther King, Jr. Center for Nonviolent Social Change, (Centre Martin Luther King, Jr., pour le changement social vers la non-violence). Ce livre raconte son combat permanent et l’itinéraire hors du commun d’une afro-américaine engagée originaire du fin fond de l’Alabama.

Couverture du livre My Life My Love My Legacy par Coretta Scott King

My Life My Love My Legacy – Coretta Scott King (Henry Holt & Company)

Egalement au programme de janvier, un premier roman inspiré d’un fait divers ayant réellement eu lieu : Little Deaths de Emma Flint. Ce thriller se déroule dans le Queens à New York en 1965. Ruth Malone se réveille un matin en constatant que ses deux enfants ont disparu : les corps des deux petits seront découverts quelques jours plus tard à deux endroits différents. Evidemment Ruth est la première suspecte ; sa vie dissolue est décortiquée, la presse l’accuse afin de vendre du papier, elle est la coupable idéale. Un jeune reporter va alors tenter de prouver le contraire…

Couverture de Little Deaths par Emma Flint

Little Deaths – Emma Flint (Picador)

Continue Reading

Hop sur la pile !, News

Calendrier Littéraire de l’Avent 2016

Joyeux Noël à tous et je vous souhaite plein de beaux livres sous le sapin !69-425x356-santa-reading-i

 


Décembre oblige, voici le premier Calendrier Littéraire de l’Avent d’Eponine & Azelma !

Les meilleurs livres de l’année 2016 vont défiler sur 25 jours… Certains ont déjà eu l’honneur d’un post sur le blog, mais d’autres, pas du tout. Il n’y a aucun classement de compétition ; je vous les présente par ordre de parution. Tous ont connu un énorme succès cette année dans les pays angle-saxons. Voici donc l’occasion de vous faire une petite liste, et pourquoi pas d’en mettre quelques-uns sous le sapin !

Bonus : 25 Décembre 
Harry Potter and The Cursed Child – J.K Rowling

Harry Potter and the cursed child, par J. K. Rowling, Jack Thorne, John Tiffany

Harry Potter and the cursed child, par J. K. Rowling, Jack Thorne, John Tiffany

Je sais, le calendrier de l’Avent est censé se terminer le 24 décembre, mais j’ai eu envie de boucler cette liste par un best-seller de l’année qui colle bien avec le matin de Noel : Harry Potter and The Cursed Child ! On ne présente plus le sorcier le plus célèbre du monde et d’ailleurs ! On a tout lu et entendu sur ce dernier « tome » de la saga. Pas vraiment un livre, pas vraiment la suite, pas vraiment bien… bref toujours est-il que le script de cette pièce n’est pas très long et une histoire de sorciers, même ayant grandi, reste une histoire d’Halloween parfaite et une lecture de circonstance. Comme tout le monde le sait, Harry Potter a grandi, employé du Ministère de la Magie il est père de trois enfants. Albus Potter, l’un des trois, a du mal à gérer son héritage et son entrée à Pouillard va être un peu bousculée. Pour certains c’est une grande déception, pour d’autres un plaisir régressif, peu importe Harry Potter c’est incontournable ! Alors à défaut de pouvoir aller voir la pièce à Londres, on se contente de ce 8ème opus.

Harry Potter and the cursed child – J. K. Rowling, Jack Thorne, John Tiffany
Editeur : Little Brown
Pages : 352 pages
Année : 2016

24 Décembre
Moonglow, par Michael Chabon

Cover de Moonglow - Michael Chabon

Moonglow – Michael Chabon

Moonglow est une sorte d’ovni littéraire : il s’agit de mémoires, racontées par le petit-fils d’un vieil homme mourant. Les confessions grand-père ont été inspirées par la vie du propre grand-père de l’auteur, le romancier juif-américain Michael Chabon, et par les multiples anecdotes qu’il lui a racontées à la veille de sa mort. Le livre fourmille donc de flashbacks, de questions sur l’identité, et de secrets de famille… Le personnage du grand-père et même celui de la grand-mère du narrateur, sont tous deux admirablement bien construits et émouvants. Evidemment on ne connaît pas la part de vrai et de faux dans ces histoires, mais est-il nécessaire d’en savoir plus ? Le roman brasse des sujets, et des moments de vie aussi divers que l’Holocauste, la santé mentale, la passion des fusées… Bref un joyeux désordre qui forme une vie et qui a construit la famille du narrateur. Michael Chabon tient là l’un de ses meilleurs romans, lui qui ne l’oublions pas, a remporté le Prix Pulitzer en 2001.

Moonglow – Michael Chabon
Editeur : Harper
Pages : 448
Année : 2016

23 Décembre
The Mothers, par Britt Bennett

Cover de The Mothers - Brit Bennett

The Mothers – Brit Bennett

The Mothers est un premier roman dont l’intrigue se noue autour d’un secret : après le suicide de sa mère, la jeune Nadia lycéenne, âgée de 17 ans, s’entiche de Luke, le fils du pasteur. Nadia tombe enceinte et part à la clinique pour avorter. Elle ne dit rien à personne et ment à tout son entourage, ainsi qu’à Aubrey sa meilleure amie qui n’a elle-même jamais connu sa mère.
On suit ensuite le destin de ces trois personnages : Nadia, Luke, et Aubrey, dans leur vingtaine. Les relations sont compliquées : Luke et Aubrey se sont mariés et Nadia les voit construire leur relation et ne peut s’empêcher de se projeter. Doit-elle regretter les ratés de sa relation avec Luke ? Son avortement ? Le livre s’appelle The Mothers car finalement c’est une histoire, basée non pas sur la maternité, mais sur les mères : la mère absente d’Aubrey, la suicide de la mère de Nadia, l’avortement de cette dernière… Tous les personnages ont vécu des traumatismes, et dans cette petite communauté chrétienne et afro-américaine, il y a des événements qu’il vaut mieux ne pas révéler.  La jeune voix de Brit Bennett est rafraîchissante et elle brosse le portrait de ses personnages avec une grande acuité : les difficultés à sortir de l’adolescence, les choix à assumer. Ce livre a été très bien accueilli par les critiques et Brit bennette est clairement une jeune auteure de 26 ans à surveiller !

The Mothers – Brit Bennett
Editeur : Riverhead Books
Pages : 288
Année : 2016


22 Décembre

Swing Time, par Zadie Smith

Continue Reading

Hop sur la pile !

Hop Sur La Pile #3

J’ai fait quelques emplettes la semaine dernière sur Waterstones , le site internet de la librairie du même nom. Et voilà le résultat, 3 nouveaux bouquins ! J’ai été plutôt raisonnable , mais cela fait quand même un sacré rajout à ma pile à lire !

 

Swing Time, par Zadie Smith

Book cover de Swing Time par Zadie Smith

Swing Time – Zadie Smith

 

C’est LE livre de cet automne. On en parle partout : sur les blogs, dans les librairies, dans les pages littérature des quotidiens britanniques… bref c’est celui qu’il ne faut pas rater. Très attendu donc, il est sorti au Royaume-Uni le 15 novembre dernier. Je l’avais donc pré-commandé et je l’ai reçu assez rapidement. Et cerise sur le gâteau, j’ai eu une édition signée s’il vous plaît !

Alors de quoi parle Swing Time ?
Il s’agit de l’histoire de deux amies, métisses, vivant à Londres dans les années 80. Tracey et la narratrice (qui n’est jamais nommée) se rencontrent à l’adolescence. Elles ont une passion commune pour la danse. Seul problème : Tracey a beaucoup de talent mais la narratrice n’en a pas autant, elle a les pieds plats. Tracey parvient à ses fins en intégrant une compagnie de danse, tandis que son amie abandonne les chorégraphies et part sur les routes, devenant l’assistante personnelle d’une chanteuse à succès. Le roman repose sur les différences entre les deux amies et leurs destins respectifs : est-on plus heureux lorsque l’on quitte son pays pour réussir ? Comment gérer l’échec ? Au centre du livre  également, la relativisation des étiquettes sociales de chacun des personnages. Et évidemment l’amitié féminine, l’adolescence et la famille.

C’est le 5ème roman de Zadie Smith qui a été beaucoup récompensée par le passé : elle a reçu plusieurs prix pour  son 1er roman White Teeths (VF : « Sourires de Loup », traduit par Claude Demanuelli, éd. Gallimard), et est également lauréate du Orange Prize For Fiction pour On Beauty (VF: « De La Beauté » traduit par Philippe Aronson, éd. Gallimard). L’accession à l’âge adulte est l’un des thèmes préférés de cette féministe convaincue, qui crée dorénavant l’engouement à chaque sortie de roman.

 

« Swing Time » – Zadie Smith
Pages : 464
Editeur : Penguin Press
Date : 2016

 

Between The World And Me, par Ta-Nehisi Coates

Book cover of Between The World And Me - Ta-Nehisi Coates

Between The World And Me – Ta-Nehisi Coates

 

Ce livre sorti en 2015 est en fait une lettre écrite par l’auteur à destination de son fils. Il lui apprend ce que c’est qu’être noir aux Etats-Unis : les réalités du quotidien, le racisme ambiant et la place des noirs dans l’histoire du pays . Coates s’est inspiré de James Baldwin, écrivain noir-américain, qui avait publié The Fire Next Time en 1963. Dans l’un des deux essais du livre, Baldwin s’adressait à son neveu sous forme de lettre en lui parlant de la ségrégation. Coates a souhaité reprendre la même forme pour lui rendre hommage et en quelque sorte continuer la discussion. L’idée lui est venue après une rencontre avec Barack Obama et une discussion assez agitée sur la condition des afro-américains au 21ème siècle. Le livre est très franc et brutal. Il ne laisse pas forcément place à un éventuel rayon de soleil. Coates a voulu un livre cruel et réaliste et pas un traité rempli d’espoir. Au contraire il met en garde son fils sur ce qu’il attend dans sa vie.. Salué par la critique et adoubé par la grande Toni Morrisson ,  le livre a reçu le National Book Award dans la catégorie « non-fiction » en 2015. Il a également été finaliste du Prix Pulitzer cette année.

Il a été traduit en français par Thomas Chaumont et publié au début de l’année 2016 par les éditions Autrement : « Une colère noire : lettre à mon fils »

« Between The World and Me » – Ta-Nehisi Coates
Pages : 176
Editeur : Spiegel & Grau
Date : 2015

Girls Will Be Girls, par Emer O’Toole

Book Cover de Girls Will Be Girls - Emer O' Toole

Girls Will Be Girls – Emer O’ Toole

 

Rien à voir avec les deux précédents, si ce n’est pour le féminisme bien présent dans Swing Time, Girls Will Be Girls explore la féminité. L’auteure s’interroge sur ce qui pousse les femmes à embrasser leur genre : comment devient-on féminine ? A quel moment décide-t-on de faire comme les autres et de se déguiser en fille ? Le livre nous démontre à quel point les choix des femmes, supposément libres, sont en fait tous déterminés par la pression de la société et par la bien-pensance. La façon de parler, les vêtements, l’allure, l’hygiène des femmes… tout est en fait pré-déterminé. Très provocateur, cet essai explore les racines du féminisme et les symboles de celle-ci qui nous sont aujourd’hui imposés. Elle joue sur les codes et fait partager sa propre expérience. Le livre est également sorti en 2015, j’ai donc un peu de retard mais je vais rattraper ça vite fait !

 

 

 

 

 

« Girls Will Be Girls » – Emer O’Toole
Pages : 263
Editeur : Orion
Date : 2015

J’espère que mes résumés de ces derniers achats vous donneront envie de les découvrir aussi, et je souhaite surtout pouvoir les lire très vite !

Hop sur la pile !, News

Halloween BOOks !

En ce week-end d’Halloween, il me paraît indispensable de vous donner quelques idées de livres à lire près des citrouilles, et sous quelques toiles d’araignée ! En plus, au cas où vous l’auriez oublié, nous avons gagné une heure dimanche et j’imagine qu’au lieu de la passer à dormir vous avez envie de la passer à lire ! Une heure de bonus pour tourner des pages ça ne se refuse pas ! 

Je ne suis pas fan de littérature fantastique ou d’horreur donc je ne vais pas vous faire des recommandations spécialisées je vous rassure ! Mais j’ai juste quatre livres à vous proposer pour passer un bon 31 octobre, sur le thème du sang, des sorcières et du mystère. 

 

The Penguin Book Of Witches, par Katherine Howe 

Couverture du Penguin Book Of Witches

The Penguin Book Of Witches, par Katherine Howe

 

Si ça ce n’est pas un livre pour Halloween, je ne sais plus quoi vous recommander ! The Penguin Book Of Witches, c’est un condensé de témoignages historiques sur la sorcellerie, et surtout sur les accusations de sorcellerie qui ont émaillé l’Histoire, avec notamment le célèbre procès des sorcières de Salem de 1692. Des dépositions des « sorcières » jusqu’aux témoignages, en passant par les textes signés de la main du Roi James… 300 ans de chasse aux sorcières compilés dans ce petit livre de poche. Au-delà de ces compte-rendus, et histoires effrayantes, le livre essaie de nous faire comprendre ce qui se cachait vraiment derrière cette paranoïa puritaine américaine. La haine d’une certaine communauté de femmes différentes évidemment, pour la plupart célibataires, ou médecins (ce qui était très mal vu à l’époque), mais aussi un sursaut d’autorité de la part du Gouvernement qui aurait organisé ces persécutions pour instaurer un climat de haine et de peur. Finalement l’histoire se répète éternellement, et si la chasse aux sorcières est terminée depuis bien longtemps, la mise au ban de certaines communautés ou l’isolement des personnes différentes pourraient constituer la déclinaison moderne du procès de Salem. Diviser et propager la haine et le doute pour mieux régner !

Fans de chaudrons et de balais, passez votre chemin, mais férus d’histoire foncez ! 

 

The Penguin Book Of Witches – Katherine Stowe
320 pages
Penguin Classics 
2014

 

 

Continue Reading

Hop sur la pile !

Hop Sur La Pile #2

Quatre nouveaux arrivants dans ma bibliothèque !
Je n’ai pas pu résister à une petite virée book-shopping ce week-end chez Galignani (224 rue de Rivoli dans le 1er arrondissement à Paris), LA librairie pour les fans de littérature anglo-saxonne (et pour les autres aussi!).
Et comme souvent, je ne reviens pas forcément avec ce que j’avais prévu d’acheter.
Je vous fais donc partager mes quatre achats de la semaine !

« Bleak House » de Charles Dickens

Couverture de Bleak House de Charles Dickens

Bleak House by Charles Dickens (éd.
Vintage)

 

Je ne connaissais pas du tout ce roman de Dickens ; en français il s’appelle « La Maison d’âpre-vent« .
En fait, j’ai tellement de livres contemporains sur ma pile de lectures que je ne m’arrête plus aussi souvent qu’avant le blog devant les classiques de la littérature anglaise.
Ce qui m’a attiré chez celui-ci c’est sa couverture ! C’est un peu puéril mais cette collection toute en noir et blanc des classiques de Charles Dickens, avec les pages à l’ancienne, m’a fait envie.

IMG_6795

Et comme je ne connaissais pas cette histoire je l’ai mis dans mon shopping bag !

 

Plot

Bleak House c’est l’histoire d’un procès ; un procès qui dure depuis des années autour d’un héritage chez les Jarndyce. Il y a donc dans ce roman une multitude de personnages, dont les histoires s’entremêlent, et qui illustrent surtout la volonté de Dickens d’attaquer le système judiciaire de l’époque. D’ailleurs « bleak house » en français se traduit par « demeure de désolation » ; c’est comme cela que l’auteur qualifie alors l’Angleterre à travers les failles de sa Justice. Il s’agit du 9ème roman de Charles Dickens et ce n’est évidemment pas le plus connu.

« The Sympathizer » de Viet Thanh Nguyen

Couverture de The Sympathizer by Viet Thanh Nguyen

The Sympathizer by Viet Thanh Nguyen (éd. Corsair)

Ce roman a gagné il y a quelques semaines le Prix Pulitzer de la fiction ! Il était donc sur ma liste depuis un bon bout de temps déjà . Je lui  déjà consacré le coeur d’un article ici : http://eponineazelma.com/pulitzer-2016-fiction-sympathizer-english-books-americans-livres. Les critiques sont très bonnes et tout ce que j’ai lu à propos de cette histoire m’a donné envie de l’acheter.

Plot

On suit le parcours d’un officier de l’armée vietnamienne du Sud (ARVN), également espion pour le Nord, après la chute de Saigon en avril 1975. Celui-ci travaille au service d’un Général de l’armée sud-vietnamienne qui, au début du roman, s’apprête, comme beaucoup de soldats, à fuir le pays, et qui doit dresser la liste de tous ceux qui vont l’accompagner sur les derniers vols disponibles. L’officier traître se retrouve sur cette liste et accompagne le Général à Los Angeles d’où il va pouvoir rapporter les moindres faits et gestes à ses supérieurs Viet-Congs. Le roman nous permet d’entrer dans la tête de cet agent double et de comprendre ses multiples facettes, et la nécessité qu’il éprouve de trahir son pays afin de poursuivre ses idéaux.

« Are We Smart Enough To Know How Smart Animals Are ? » de Frans De Waal

Couverture de Are We Smart Enough To Know How Smart Animals Are ? by Frans De Waal (éd. Norton)

Are We Smart Enough To Know How Smart Animals Are ? by Frans De Waal (éd. Norton)

J’ai vu ce livre en lisant un article du NY Times il y a quelque temps. Le titre m’a interpellée, je le trouve génial : « Sommes-nous assez intelligents pour savoir à quel point les animaux le sont ? ». Figurez-vous que je me le demande souvent. L’arrogance de l’être humain vis-à-vis des animaux me fait horreur. Et j’aimerais beaucoup en savoir plus sur ce sujet. Je ne pensais pas le trouver en librairie en France et j’hésitais à le commander sans pouvoir le feuilleter… et bingo ! Après un petit tour dans la section Sciences je l’ai trouvé ! Frans de Waal est un primatologue néerlandais qui a publié de nombreux livres et qui enseigne aux Etats-Unis.

Plot

Le livre traite de ce qui différencie le cerveau de l’Homme de celui de l’Animal. Après des années de recherche, et en focalisant beaucoup de son travail sur les singes, sa spécialité, Frans de Waal veut nous montrer à quel point la Science a souvent sous-estimé les capacités des animaux. Notamment en ce qui concerne l’utilisation des outils, la mémoire ou d’autres capacités. Il se pose notamment la question du classement de l’intelligence : devons-nous obligatoirement classer les intelligences sur une échelle ? D’après Frans de Wall il s’agirait plus de classer de façon horizontale l’intelligence de chaque espèce, Homme compris, et de considérer que chacun possède des capacités que l’autre n’a pas. Et une forme d’intelligence ne doit pas se classer sous ou au-dessus d’ une autre forme chez une autre espèce.

« The Story of Beatrix Potter« , de Sarah Gristwood

Couverture de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood

The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

 

Celui-là est très spécial. cette année nous fêtons les 150 ans de la naissance de Beatrix Potter, écrivain bien connue des tous-petits. J’y reviendrai sûrement dans un autre post car beaucoup d’évènements sont prévus cette année, à Londres et dans le reste de l’Angleterre.

Cet ouvrage édité par le National Trust, relate sa vie, à l’aide de magnifiques illustrations, une vie d’artiste dans une Angleterre victorienne. On apprend comment Beatrix Potter issue d’une famille bourgeoise, en est venue à créer les aventures de Pierre Lapin et de ses amis. Mais cette biographie illustrée revient également sur sa vie privée, son mariage tardif mais heureux avec un homme qui partagea son amour de la nature.  En effet après avoir publié des dizaines de contes, elle devient fermière, éleveuse de moutons en particulier, et laissera au National Trust 14 fermes, et 4 000 acres (16 km2) de terre.

 

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

image3

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

Hop sur la pile !

Peut-on trouver plus jolie que cette édition de Peter Pan ?

Je crois que je sais ce que je vais lire ce week-end…

Aujourd’hui je suis tombée complètement par hasard, sur cette édition de PETER PAN :

Couverture de Peter Pan by J.M Barrie (Penguin - Puffin Books)

Peter Pan by J.M Barrie (Penguin – Puffin Books)

 

Je crois que c’est le plus joli livre de poche que j’ai jamais vu !

Il est tout mignon, avec sa couverture à l’ancienne et ses pages faussement râpées.

Peter Pan by J.M Barrie (Penguin - Puffin Books)

Peter Pan by J.M Barrie (Penguin – Puffin Books)

Je ne connaissais pas du tout cette collection de chez Penguin US. Le livre fait apparemment partie de la série Puffin Chalks, qui ne compte que quelques titres pour l’instant comme “Alice au Pays des Merveilles” ou “Le Magicien d’Oz”.

Dommage qu’il n’y en ait pas plus, car ils sont vraiment irrésistibles !

Je n’ai jamais lu Peter Pan, comme beaucoup d’autres sûrement qui se sont contentés du dessin animé de Walt Disney. Alors c’est l’occasion je vais rattraper mon retard !

Et comme dirait J.M Barrie…

Peter Pan by J.M Barrie (Penguin - Puffin Books)

Peter Pan by J.M Barrie (Penguin – Puffin Books)

 

Hop sur la pile !

Hop Sur La Pile #1

Il y a quelques jours j’ai commandé ces trois livres et je les attends avec impatience ! La prochaine chronique sera peut-être sur l’un de ceux-là.

  • “The Little Red Chairs” par Edna O’Brien (Faber & Faber) 320p.
  • “The Long Shadow Of Small Ghosts” par Laura Tillman (Scribner) 256p.
  • “The Year of the Runaways” par Sunjeev Sahota (Picador) 480p.

 

« The Little Red Chairs« 

Le dernier et 24ème livre d’Edna O’Brien était très attendu, le précédent remontant à plus de dix ans. L’auteur, d’origine irlandaise, s’est inspiré du personnage de Radovan Karadzic, le Boucher des Balkans, pour nous parler du mal et de la fascination qu’il exerce sur l’Homme.

The Little Red Chairs by Edna O' Brien (Faber & Faber)

The Little Red Chairs by Edna O’ Brien (Faber & Faber)

Plot

Vlad, un soi-disant guérisseur venu tout droit d’Europe de l’Est, s’installe dans un village irlandais et au fil des jours suscite la fascination des habitants. Une femme en particulier, Fidelma, s’amourache du « docteur ». Mais tout s’écroule lorsque l’homme est arrêté : il n’est pas guérisseur mais criminel de guerre. Direction donc La Haye et son Tribunal, où il sera non seulement confronté à ses crimes mais aussi à Fidelma qui a traversé l’Europe pour le retrouver.

Il va sans dire que chaque livre d’Edna O’Brien se doit d’être lu, donc sans même savoir ce que je peux en attendre je l’ai commandé et j’espère le lire vite. Les critiques sont plutôt élogieuses et le sujet semble prenant donc… à voir !

 

« The Long Shadow Of Small Ghosts« 

Il s’agit du 1er livre de Laura Tillman, (@latillman) journaliste originaire du New jersey, ayant travaillé pour The New York Times, The Wall Street Journal, ou The Nation  entre autres.

The Long Shadow Of Small Ghosts

The Long Shadow Of Small Ghosts by Laura Tillman (Scribner)

Plot

Le 11 mars 2003, à Brownsville au Texas (l’une des villes les plus pauvres des Etats-Unis), un couple assassine ses trois jeunes enfants. A la suite de cet horrible fait divers, certains voisins décident qu’il faut détruire l’immeuble où a eu lieu le crime, le décrivant comme un immeuble hanté. Cinq ans plus tard Laura Tillman couvre l’histoire pour le journal local et se pose cette question : peut-on parler d’ « immeuble du mal » ? Son enquête va la mener bien plus loin que cette simple question.  Ses recherches vont l’emmener sur les traces de cette famille dysfonctionnelle, et la faire s’interroger sur les effets à long terme d’un crime sur toute une communauté. Une fois que les reporters et le chagrin détalent, que reste-t-il du fait divers et de ses conséquences ?

J’ai beaucoup vu passer ce livre dans les articles résumant les sorties du mois et les livres à lire absolument et son sujet m’a intrigué. Je ne suis pas absolument sûre que ce crime affreux possède un très grand intérêt littéraire, du moins sur 250 pages, mais l’angle me plaît bien et le travail journalistique de Laura Tillman semble très abouti. La qualité littéraire demeure un mystère, mais je l’ai mis dans mon panier et je l’attends avec impatience !

« The Year of the Runaways« 

Le 2ème roman de Sunjeev Sahota sorti il y a 6 mois a déjà été sélectionné pour plusieurs prix littéraires dont le Man Booker Prize 2015 (raté de peu), et l’International Dylan Thomas Prize 2016,(IDTP, la shortlist 2016) et c’est ce qui a attiré mon attention.

Book cover of The year of The Runaways by Sunjeev Sahota

« The year Of The Runaways » by Sunjeev Sahota (Picador)

Plot

Le livre raconte l’histoire d’une indo-britannique et de trois jeunes indiens immigrés en Angleterre, la façon dont ils y sont arrivés, les raisons qui les y ont amenés et la manière dont ils vont survivre. Colocataires dans une maison à Sheffield où vivent treize personnes expatriées comme eux et cherchant à s’en sortir, les trois hommes se battent pour se faire une place dans leur pays d’accueil, tout en faisant face à la violence, au racisme et au système de castes qui a émigré avec eux.

Le roman est plus que jamais d’actualité, et Sunjeev Sahota est maintenant un habitué de ce genre de thèmes puisqu’il s’est fait connaître en Grande-Bretagne en traitant d’un autre sujet brûlant : le terrorisme.

Son 1er roman « Ours Are the Streets » inspiré par les attentats du 7 juillets 2005 à Londres, a remporté le prix Granta en 2013 qui récompense les meilleurs jeunes auteurs britanniques.

Toutes les critiques que j’ai pu lire pour l’instant encensent l’ouvrage, mais elles précisent bien qu’il faut s’accrocher les cent premières pages… Je vous tiens au courant !