Monthly Archives

mars 2017

Prix

International Dylan Thomas Prize 2017 : la shortlist

Au cas où vous n’auriez déjà pas assez de livres à lire sur votre pile, voici quelques petits nouveaux… en effet ce matin, les juges de l’International Dylan Thomas Prize ont annoncé leur shortlist pour 2017.

 

International Dylan Thomas Prize 2017 – Shortlist

Pour rappel, ce prix accompagne les nouveaux talents : il récompense une oeuvre publiée en anglais, dont l’auteur est âgé de moins de 39 ans. Dylan Thomas est un poète gallois, mort à l’âge de 39 ans (d’où l’âge limite pour concourir). Ce prix a été créé par l’Université de Swansea, sa ville natale, pour lui rendre hommage.

Ce prix est important car il récompense un jeune écrivain, et lui permet de remporter près de 30.000 £ (à peu près 45.000 euros).

Continue Reading

News

George Smiley is back

Le maître du roman d’espionnage, John le Carré, revient à la rentrée avec un nouvel opus : A Legacy of Spies.

Le monde littéraire est en émoi, et pour cause ; cela faisait 25 ans que l’auteur britannique n’avait pas donné vie à son personnage central : George Smiley.

Si vous n’êtes pas amateurs de polars, vous avez au moins croisé Smiley sur vos écrans de télévision ou au cinéma, vu les innombrables adaptations réalisées à partir des romans de le Carré (L’espion qui Venait du Froid, La Taupe etc…).

Le dernier livre dans lequel l’espion George Smiley est apparu, date de 1990 ; il s’agissait de The Secret Pilgrim. John le Carré nous avait juré que son héros reviendrait pas, et que les histoires de Guerre froide étaient terminées pour lui.

Que nenni ! Comme pour les plus grands artistes, les adieux de George Smiley furent de courte durée… enfin 25 ans tout de même, avant que l’écrivain âgé de 85 ans ne se décide à le rappeler.

On ne sait pas vraiment encore sous quelle forme l’espion revient dans A Legacy of Spies : censé être né dans les années 1900, il est en effet difficile de le faire revenir en personnage principal du livre. Peut-être sous forme de souvenir ou de flash-back.

Dans ce nouveau roman, Peter Guillam, l’un des héros récurrents de le Carré et disciple de Smiley, est rappelé à Londres, alors qu’il passe une retraite paisible dans le sud de l’Angleterre. Sa hiérarchie veut obtenir des explications sur certaines missions qui lui avaient été confiées dans le passé.

Continue Reading

Cover de Days Without End - Sebastian Barry
Critiques

« Days Without End » par Sebastian Barry

Days Without End est une fresque historique, mêlant guerre et histoire d’amour homosexuelle dans les Etats-Unis des années 1850. Ambitieux n’est-ce pas ?

Non seulement le pari est réussi, mais le livre est un petit chef d’oeuvre, car il a ce petit quelque chose en plus qui distingue les bons livres des grands livres. Preuve en est, il a remporté les Costa Book Awards, offrant ainsi à son auteur Sebastian Barry, une seconde récompense, fait inédit dans l’histoire du prix.

Le romancier Sebastian Barry, gagnant du Costa Book Awards 2016

Sebastian Barry, gagnant du Costa Book Awards 2016

 

Ce récit est raconté à la première personne par un vieux Thomas McNulty, une cinquantaine d’années après les faits.

Le jeune Thomas, âgé de 17 ans à peine, arrive aux Etats-Unis, seul, au début des années 1850, après avoir fui la Grande Famine irlandaise, sa famille ayant péri des suites de cette catastrophe.

Sans le sou, il débarque dans le Missouri et fait la connaissance d’un autre adolescent solitaire : John Cole. Ils empruntent tous les deux la piste de l’Oregon pour se rendre dans l’Ouest. Sur la route ils rencontrent Monsieur Noone, qui tient un saloon, et qui les engage pour divertir ses clients : ils devront se déguiser en femmes pour danser avec la clientèle masculine qui manque de présence féminine. Jeunes et beaux ils passent sans problème le test et gagnent leur vie en dansant tous les soirs.

Ils finissent tous deux par tomber amoureux et dès les trente premières pages, leur relation naît. Quelques mois passent ainsi, et l’adolescence s’éloignant, les deux jeunes hommes doivent trouver un autre job, leurs traits ne pouvant plus leur permettre de se déguiser en jeunes filles.

Ils s’engagent dans l’armée américaine qui se bat alors contre les amérindiens.

Ils sont envoyés en Californie, puis dans le Nebraska et enfin en Virginie. Plus tard, ils s’engageront dans la guerre de Sécession. Les combats sont affreux, l’armée massacre les Indiens, ils voient ce qu’ils n’auraient jamais pu imaginer… Thomas et John vont alors rencontrer une amérindienne orpheline, Winona, qu’ils vont adopter. Ils vont former une famille, complètement originale pour l’époque. Ils vont se séparer au rythme des combats et des périodes de repos, mais toujours se retrouver et s’accrocher l’un à l’autre au rythme du coeur battant de l’Amérique en construction.

 

Continue Reading

Prix

Baileys Women’s Prize For Fiction 2017 : la « longlist »

Ce 8 mars est la Journée Internationale des Droits des Femmes ; et si on vous parle de féminisme ou d’égalité salariale dans la plupart des médias, sur ce blog je vais vous parler de littérature féminine, avec l’annonce de la 1ère sélection du Baileys Women’s Prize For Fiction !

Ce prestigieux prix féminin, annonce tous les ans sa « longlist » autour du 8 mars, c’est donc une tradition ; mais loin d’être un prix  féministe, le Baileys récompense n’importe quelle oeuvre de fiction, rédigée en anglais par une femme, et sortie entre le 1er avril de l’année précédente et le 31 mars de l’année en cours. Je vous en avais expliqué tous les détails dans cet article il y a quelques mois.

Cette année les juges avaient annoncé 12 nommées, au final il y en a 16 ! Signe que la littérature féminine anglo-saxonne se porte bien et que le choix fût difficile.

La longlist a été annoncée à 00h01, heure anglaise, donc 01h01, heure française et je suis, bien sûr, restée éveillée car c’est un prix que j’adore : on y déniche de fabuleux romans et l’ambiance et la communication autour de ce prix est toujours très sympathique.

Continue Reading