Monthly Archives

juin 2016

The Green Road par Anne Enright
Critiques

« The Green Road » , Anne Enright

The Green Road est le 6ème roman d’ Anne Enright, auteure irlandaise qui a également publié deux recueils d’histoires et un essai.

Le roman a été notamment nommé pour le Costa Award en 2015, le Man Booker Prize l’an dernier également, et pour le Baileys Women’s Prize for Fiction cette année (voir ici)

Continue Reading

Hop sur la pile !

Hop Sur La Pile #2

Quatre nouveaux arrivants dans ma bibliothèque !
Je n’ai pas pu résister à une petite virée book-shopping ce week-end chez Galignani (224 rue de Rivoli dans le 1er arrondissement à Paris), LA librairie pour les fans de littérature anglo-saxonne (et pour les autres aussi!).
Et comme souvent, je ne reviens pas forcément avec ce que j’avais prévu d’acheter.
Je vous fais donc partager mes quatre achats de la semaine !

« Bleak House » de Charles Dickens

Couverture de Bleak House de Charles Dickens

Bleak House by Charles Dickens (éd.
Vintage)

 

Je ne connaissais pas du tout ce roman de Dickens ; en français il s’appelle « La Maison d’âpre-vent« .
En fait, j’ai tellement de livres contemporains sur ma pile de lectures que je ne m’arrête plus aussi souvent qu’avant le blog devant les classiques de la littérature anglaise.
Ce qui m’a attiré chez celui-ci c’est sa couverture ! C’est un peu puéril mais cette collection toute en noir et blanc des classiques de Charles Dickens, avec les pages à l’ancienne, m’a fait envie.

IMG_6795

Et comme je ne connaissais pas cette histoire je l’ai mis dans mon shopping bag !

 

Plot

Bleak House c’est l’histoire d’un procès ; un procès qui dure depuis des années autour d’un héritage chez les Jarndyce. Il y a donc dans ce roman une multitude de personnages, dont les histoires s’entremêlent, et qui illustrent surtout la volonté de Dickens d’attaquer le système judiciaire de l’époque. D’ailleurs « bleak house » en français se traduit par « demeure de désolation » ; c’est comme cela que l’auteur qualifie alors l’Angleterre à travers les failles de sa Justice. Il s’agit du 9ème roman de Charles Dickens et ce n’est évidemment pas le plus connu.

« The Sympathizer » de Viet Thanh Nguyen

Couverture de The Sympathizer by Viet Thanh Nguyen

The Sympathizer by Viet Thanh Nguyen (éd. Corsair)

Ce roman a gagné il y a quelques semaines le Prix Pulitzer de la fiction ! Il était donc sur ma liste depuis un bon bout de temps déjà . Je lui  déjà consacré le coeur d’un article ici : http://eponineazelma.com/pulitzer-2016-fiction-sympathizer-english-books-americans-livres. Les critiques sont très bonnes et tout ce que j’ai lu à propos de cette histoire m’a donné envie de l’acheter.

Plot

On suit le parcours d’un officier de l’armée vietnamienne du Sud (ARVN), également espion pour le Nord, après la chute de Saigon en avril 1975. Celui-ci travaille au service d’un Général de l’armée sud-vietnamienne qui, au début du roman, s’apprête, comme beaucoup de soldats, à fuir le pays, et qui doit dresser la liste de tous ceux qui vont l’accompagner sur les derniers vols disponibles. L’officier traître se retrouve sur cette liste et accompagne le Général à Los Angeles d’où il va pouvoir rapporter les moindres faits et gestes à ses supérieurs Viet-Congs. Le roman nous permet d’entrer dans la tête de cet agent double et de comprendre ses multiples facettes, et la nécessité qu’il éprouve de trahir son pays afin de poursuivre ses idéaux.

« Are We Smart Enough To Know How Smart Animals Are ? » de Frans De Waal

Couverture de Are We Smart Enough To Know How Smart Animals Are ? by Frans De Waal (éd. Norton)

Are We Smart Enough To Know How Smart Animals Are ? by Frans De Waal (éd. Norton)

J’ai vu ce livre en lisant un article du NY Times il y a quelque temps. Le titre m’a interpellée, je le trouve génial : « Sommes-nous assez intelligents pour savoir à quel point les animaux le sont ? ». Figurez-vous que je me le demande souvent. L’arrogance de l’être humain vis-à-vis des animaux me fait horreur. Et j’aimerais beaucoup en savoir plus sur ce sujet. Je ne pensais pas le trouver en librairie en France et j’hésitais à le commander sans pouvoir le feuilleter… et bingo ! Après un petit tour dans la section Sciences je l’ai trouvé ! Frans de Waal est un primatologue néerlandais qui a publié de nombreux livres et qui enseigne aux Etats-Unis.

Plot

Le livre traite de ce qui différencie le cerveau de l’Homme de celui de l’Animal. Après des années de recherche, et en focalisant beaucoup de son travail sur les singes, sa spécialité, Frans de Waal veut nous montrer à quel point la Science a souvent sous-estimé les capacités des animaux. Notamment en ce qui concerne l’utilisation des outils, la mémoire ou d’autres capacités. Il se pose notamment la question du classement de l’intelligence : devons-nous obligatoirement classer les intelligences sur une échelle ? D’après Frans de Wall il s’agirait plus de classer de façon horizontale l’intelligence de chaque espèce, Homme compris, et de considérer que chacun possède des capacités que l’autre n’a pas. Et une forme d’intelligence ne doit pas se classer sous ou au-dessus d’ une autre forme chez une autre espèce.

« The Story of Beatrix Potter« , de Sarah Gristwood

Couverture de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood

The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

 

Celui-là est très spécial. cette année nous fêtons les 150 ans de la naissance de Beatrix Potter, écrivain bien connue des tous-petits. J’y reviendrai sûrement dans un autre post car beaucoup d’évènements sont prévus cette année, à Londres et dans le reste de l’Angleterre.

Cet ouvrage édité par le National Trust, relate sa vie, à l’aide de magnifiques illustrations, une vie d’artiste dans une Angleterre victorienne. On apprend comment Beatrix Potter issue d’une famille bourgeoise, en est venue à créer les aventures de Pierre Lapin et de ses amis. Mais cette biographie illustrée revient également sur sa vie privée, son mariage tardif mais heureux avec un homme qui partagea son amour de la nature.  En effet après avoir publié des dizaines de contes, elle devient fermière, éleveuse de moutons en particulier, et laissera au National Trust 14 fermes, et 4 000 acres (16 km2) de terre.

 

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

image3

Extrait de The Story of Beatrix Potter, by Sarah Gristwood (éd. National Trust Books)

Couverture de The Glorious Heresies by Lisa McInerney (éd. John Murray - Paperback)
News, Prix

Lisa McInerney, gagnante du Baileys Women’s Prize For Fiction 2016, pour « The Glorious Heresies »

Le Baileys Women’s prize For Fiction, l’équivalent du prestigieux Man Booker Prize pour les femmes,  a été remporté hier soir par cette auteure irlandaise.

Comme je l’ai déjà expliqué sur le blog ici (http://eponineazelma.com/baileys-womens-prize-for-fiction-shortlist) , le BWPFF a été créé afin de récompenser les romans en anglais écrits par des femmes, n’importe où dans le monde. 6 écrivains étaient en concurrence jusqu’à hier soir, et Lisa McInerney faisait partie des favorites du public et des blogueurs et vlogueurs anglo-saxons .

Elle remporte donc la somme de 30.000 £ (38.000 €) ainsi qu’un « Bessie » la petite statuette symbolisant le prix.

Qui est Lisa McInerney ?

Portrait de Lisa McInerney, gagnante du Baileys Women Prize for Fiction 2016

Lisa McInerney, gagnante du Baileys Women Prize for Fiction 2016

Lisa McInerney a débuté en tant que blogueuse !  En 2006, alors âgée de 25 ans, elle relate la vie d’une petite bourgade irlandaise, Galway, du point de vue de la « working class » avec pas mal de cynisme. Le blog s’appelle alors Arse End of Ireland,  et remporte trois années d’affilée le titre de meilleur Blog Irlandais. Elle se fait alors remarquée dans le milieu littéraire et commence sa carrière d’auteure en écrivant quelques nouvelles. The Glorious Heresies est son premier roman écrit en 2013 mais publié en 2015.

« The Glorious Heresies »

The Glorious Heresies by Lisa McInerney (éd. John Murray - Hardcover)

The Glorious Heresies by Lisa McInerney (éd. John Murray – Hardcover)

Le roman tourne autour de la vie de plusieurs protagonistes impliqués de près ou de loin dans un meurtre. Tout se déroule dans la ville de Cork en Irlande ; on y rencontre un ado de 15 ans dealer de drogue, son père alcoolique, une prostituée ou encore un chef de gang. Décrit comme exubérant, généreux, et osé, par The Guardian à sa sortie, c’est en effet un concentré d’humour noir. Lisa McInerney a même regretté à l’époque de sa publication, que le roman ait été taxé de roman « masculin », comme si une femme ne pouvait pas écrire un roman tapageur, à l’humour féroce.  (http://www.irishtimes.com/culture/books/lisa-mcinerney-on-what-baileys-prize-means-1.2678249)

Le jury du Baileys Women’s Prize For Fiction, lui, a trouvé le livre « frais et vibrant« , « superbement original » et salue Lisa McInerney qui utilise « l’humour et le talent pour nous permettre de pénétrer dans les vies sombres de ces personnages« .

Ce n’était le choix le plus conventionnel pour ce jury qui a du écarter de sa décision finale, entre autres, le best-seller A Little Life by Hanya Yanagihara, et une autre auteure irlandaise déjà titulaire du Man Booker Prize, Anne Enright avec son passionnant The Green Road.

The Glorious Heresies a été nommé livre de l’année par The Irish Times, le Sunday Independent et le Sunday Business Post en 2015.

Vous pouvez retrouver les autres nommés de la shortlist du Baileys Women’s Prize For Fiction ici sur mon blog : http://eponineazelma.com/baileys-womens-prize-for-fiction-shortlist

Baileys Women's Prize For Fiction 2016 - Shortlist

Baileys Women’s Prize For Fiction 2016 – Shortlist